CHANSONGS

01/01/2015

Francis Cabrel : Sarbacane

‘Sarbacane’ is one of French singer Francis Cabrel’s most popular songs. Listen to it here.
x

Sarbacane – Francis Cabrel – 1989 Blowpipe
x.
On croyait savoir tout sur l’amour
Depuis toujours
Nos corps par cœur et nos cœurs
Au chaud dans le velours
Et puis te voilà, bout de femme
Comme soufflée d’une sarbacane
Le ciel a même un autre éclat
Depuis toi
x
Les hommes poursuivent ce temps
Qui court depuis toujours
Voilà que t’arrives
Et que tout s’éclaire sur mon parcours
Pendue à mon cou comme une liane
Comme le roseau de la sarbacane
Le ciel s’est ouvert par endroits
Depuis toi
x
Pas besoin de phrases ni de longs discours
Ça change tout dedans, ça change tout autour
Finis les matins paupières en panne
Lourdes comme des bouteilles de butane
J’ai presque plus ma tête à moi
Depuis toi
x
Pas besoin de faire de trop longs discours
Ça change tout dedans, ça change tout autour
Pourvu que jamais tu ne t’éloignes
Plus loin qu’un jet de sarbacane
J’ai presque plus ma tête à moi
Depuis toi
x
Alors te voilà, bout de femme
Comme soufflée d’une sarbacane
Le ciel s’est ouvert par endroits
Depuis toi
Oh depuis toi…x

We thought we knew all about love

From time immemorial
Our bodies by heart and our hearts
Kept warm in velvet
And then there you are, sweet little woman
As though blown out of a blowpipe
The sky has grown even brighter
Since I met you
x
Men are wont to chase that time
As has forever slipped away
And then there you are
And everything in my life becomes clearer
Clinging to my neck like a vine
Like the reed of a blowpipe
The sky has opened up in places
Since I met you
x
No need for flowery words or lengthy speeches
Everything’s changed within and all around
Gone are the mornings of jammed eyelids
As heavy as Calor gas cylinders*
I hardly have my wits about any longer
Since I met you
x

No need to make long-winded speeches
Everything’s changed both within and without
May you never move away
Any farther than a blowpipe-throw
I hardly have my wits about any longer
Since I met you
x

So there you are, sweet little woman
As if blown out of a blowpipe
The sky has opened up in places
Since I met you
Oh since I met youx
=
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
* Alt: Butane gas bottles
Advertisements

Francis Cabrel – Je te vois venir (tu pars)

You won’t find it on YouTube but here.

Je te vois venir (tu pars) – 2004 I can see where you’re coming from (you’re leaving)
Déjà qu’elles arrivaient bien tard
Bien tard ces années de bonheur
Bien tard ces coups de poing dans le placard
L’arbre avec la flèche dans le cœur
Je vois bien que tu t’éloignes
Et que t’oses même pas dire
Allez, tu pars, je te vois venir

Voilà déjà la chute
J’ai besoin d’un remontant
Pourtant je suis pas bon dans les côtes
Ce sera mon dernier argument
Mais l’appareil est en place
Le petit oiseau va sortir
Allez, tu pars, je te vois venir

Ça fait même pas champ de bataille
Chacun derrière son éventail
Ça fait même pas comme la fin d’une histoire
Et pourtant je te vois venir, tu pars

Je me vois bien près de la gare
Agiter mon chapeau de paille
Puisque tout est en train de faire
De faire que nos chemins déraillent
Quand je retrouverai ma voix
Dans cet entrelacs de ferraille
Je dirai j’en reviens pas
Que tu t’en ailles

Ça fait même pas champ de bataille
Chacun derrière son éventail
Ça fait même pas comme la fin d’une histoire
Et pourtant je te vois venir, tu pars

Dans ces cas-là tu sais
Les amis n’en font pas des tonnes
T’es au moins sûr d’un truc
C’est que tu peux compter sur personne
Juste une main tendue
Qui désigne un point dans le noir
Non, c’est la lune qui éclaire
L’escalier du plongeoir

Je vais rentrer c’est plus sage
Je vais faire celui qui a rien vu
Baisser le rideau, ranger l’étalage
Et tout ce qui de nous donnait sur la rue
Laisse-moi juste une dernière image
Pour ma petite boutique de souvenirs
Allez, tu pars, je te vois venir

Wasn’t it enough that they came so late
So late those years of happiness
So late those punches in the cupboard
The tree carved with arrow in heart
I can see you’re going away
And can’t even bring yourself to speak
Come now, you’re leaving, I can see where you’re coming from

Already the punch line is here
I need a pick-me-up
Though I’m no good uphill
It’ll be my last argument
But the camera’s ready
Watch the birdie!
Come now, you’re leaving, I can see where you’re coming from

It doesn’t even look like a battleground
Each of us behind a fan
It doesn’t even sound like a story ending
Yet I can see where you’re coming from: you’re leaving

I can see myself close to the railway station
Weaving my straw hat
Since everything is conspiring to make
To make it so that our paths diverge
When I’ll find my voice again
In that tracery of scrap iron
I’ll say I can’t get over
Your going away

It doesn’t even look like a battleground
Each of us behind a fan
It doesn’t even sound like a story ending
Yet I can see where you’re coming from: you’re leaving

In cases like these, you know
Friends don’t exert themselves
There’s at least one thing you can count on
It’s that you can’t rely on anyone
Only on a stretched-out hand
Pointing to a dot in the dark
No, it’s the moon lighting up
The steps to the springboard

I’ll go back now, it’s wiser
I’ll just pretend I saw nothing
Pull down the curtain, put away the display
And all that which in us faced the street
Let me keep just one last picture
For my little souvenir shop
Come now, you’re leaving, I can see where you’re coming from

Francis Cabrel : Il faudra leur dire

Filed under: Francis Cabrel,French songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , , ,

Cabrel and the children.

Il faudra leur dire – 1986

They must be told

Si c’est vrai qu’il y a des gens qui s’aiment
Si les enfants sont tous les mêmes
Alors il faudra leur dire
C’est comme des parfums qu’on respire
Juste un regard facile à faire
Un peu plus d’amour que d’ordinaire
x
Puisqu’on vit dans la même lumière
Même s’y a des couleurs qu’ils préfèrent
Nous, on voudrait leur dire
C’est comme des parfums qu’on respire
Juste un regard facile à faire
Un peu plus d’amour que d’ordinaire
Juste un peu plus d’amour encore
Pour moins de larmes, pour moins de vide
Pour moins d’hiver
x
Puisqu’on vit dans le creux d’un rêve
Avant qu’ l’amour ne touche nos lèvres
Nous on voudrait leur dire
C’est comme des parfums qu’on respire
Il faudra leur dire
C’est comme des parfums qu’on respire
Juste un regard facile à faire
Un peu plus d’amour que d’ordinaire
x
Si c’est vrai qu’il y a des gens qui s’aiment
Si les enfants sont tous les mêmes
Alors il faudra leur dire les mots qu’on reçoit
C’est comme des parfums qu’on respire
Il faudra leur dire…
xx
If it’s true there are people in love
If all the children are the same
Then they must be told
It’s like those perfumes you breathe
Just a look easy to give
A little more love than usual
x
Since we live under the same light
Even if there are colours they prefer
We would like to tell them
It’s like those perfumes you breathe
Just a look easy to give
A little more love than usual
Just a little more love still
For fewer tears, for less of a void
For less of a winter
x
Since we live in the palm of a dream
Before love touches our lips
We would like to tell them
It’s like those perfumes you breathe
They must be told
It’s like those perfumes you breathe
Just a look easy to give
A little more love than usual
x
If it’s true that there are people in love
If all the children are the same
Then they must be told the words we receive
It’s like those perfumes you breathe
They must be told
x

Blog at WordPress.com.