CHANSONGS

22/09/2016

Leonard Cohen – You want it darker

Le tout dernier du grand homme, 82 printemps hier 21 septembre. Cela s’écoute sur YouTube.
=

You want it darker Tu veux que ce soit plus sombre
=
If you are the dealer, I’m out of the game
If you are the healer, it means I’m broken and lame
If thine is the glory then mine must be the shame
You want it darker
We kill the flame

Magnified, sanctified, be thy holy name
Vilified, crucified, in the human frame
A million candles burning for the help that never came
You want it darker
Hineni, hineni
I’m ready, my lord

There’s a lover in the story
But the story’s still the same
There’s a lullaby for suffering
And a paradox to blame
But it’s written in the scriptures
And it’s not some idle claim
You want it darker
We kill the flame

They’re lining up the prisoners
And the guards are taking aim
I struggled with some demons
They were middle class and tame
I didn’t know I had permission to murder and to maim
You want it darker
Hineni, hineni
I’m ready, my lord

Magnified, sanctified, be thy holy name
Vilified, crucified, in the human frame
A million candles burning for the love that never came
You want it darker
We kill the flame

If you are the dealer, let me out of the game
If you are the healer, I’m broken and lame
If thine is the glory, mine must be the shame
You want it darker

Hineni, hineni
Hineni, hineni
I’m ready, my lord

[Outro: Cantor Gideon Zelermyer]
Hineni
Hineni, hineni
Hineni

Si c’est toi qui donnes, je quitte le jeu
Si t’es le guérisseur, alors j’suis brisé et estropié
Si la gloire est à toi, la honte doit être pour moi
Tu veux que ce soit plus sombre
On noie la flamme

Magnifié, sanctifié, que ton nom saint
Soit diffamé, crucifié, dans le corps humain
Un million de bougies brûlent pour l’aide jamais venue
Tu veux que ce soit plus sombre
Hineni, hineni [Me voici, me voici]
Je suis prêt, Seigneur

Il y a un(e) amant(e) dans l’histoire
Mais l’histoire est toujours la même
Il y a une berceuse pour la souffrance
Et un paradoxe à blâmer
Mais c’est écrit dans les Écritures
Et ce n’est pas une simple allégation
Tu veux que ce soit plus sombre
On éteint la flamme

Ils font mettre les prisonniers en rang
Et les gardes les mettent en joue
J’ai lutté contre des démons
Ils étaient bourgeois et apprivoisés
Je ne savais pas que j’avais la permission de tuer et de mutiler | Tu veux que ce soit plus sombre
Hineni, hineni
Je suis prêt, Seigneur

Magnifié, sanctifié, que ton nom saint
Soit diffamé, crucifié, dans le corps humain
Un million de bougies brûlent pour l’amour jamais venu | Tu veux que ce soit plus sombre
On étouffe la flamme

Si c’est toi qui donnes, fais-moi sortir du jeu
Si t’es le guérisseur, je suis brisé et estropié
Si la gloire est à toi, la honte doit être pour moi
Tu veux que ce soit plus sombre

Hineni, hineni
Hineni, hineni
Je suis prêt, Seigneur


Hineni
Hineni, hineni
Hineni

 

Advertisements

02/06/2016

Anon – A Philosophical Cowboy

Last month, the Union des Traducteurs et Non Traducteurs de Villié-Morgon, no less, held an English-to-French translation competition of an anonymous song of the American Far West, with Morgon wine bottles as prizes. There were three winning entries. And here is my hors concours version.
=

A Philosophical Cowboy
=
Un cowboy philosophique

=

On the Double Circle Range where the grass grows green 
The cattle get wild and the broncs get mean 
And the calves get bigger as the days go by, 
So we got to keep a-rimming, boys, it’s root hog or die.
=
In the morning after breakfast about daylight; 
Throw your saddle on a horse and pull your cinches tight 
Your bronc may jump crooked or he may jump high 
But we all got to ride them, boys, it’s root hog or die.
=
Oh, the hills are rough and rocky but we got to make the drive 
When you start a bunch of cattle you better come alive 
If you ever get a maverick you must get him on the fly 
So you better take to them, boys, it’s root hog or die.
=
When the long day is over you’ll be glad to see the chief 
With a pot of black coffee and another full of beef 
And some sour dough biscuits to take the place of pie 
When he hollers, “Come and git it,” it’s root hog or die.
=
In the middle of the night it is sometimes awful hard 
To leave your warm blankets when you’re called on guard 
And you pass the weary moments while the stars are in the sky 
Humming to the cattle, boys, it’s root hog or die.
=
Sometimes it’s dreadful stormy and sometimes it’s pretty clear 
You may work a month and you might work a year 
But you can make a winning if you’ll come alive and try 
For the whole world over, boys, it’s root hog or die.
Dans les pâturages du Double Cercle où l’herbe pousse verte
Le bétail se lâche, les broncos bronchent
Et les veaux forcissent au fil des jours
Aussi faut continuer de patrouiller, les gars, c’est la duraille ou la mort=
Après le petit-déjeuner aux premières lueurs
Selle un cheval et serre bien la sangle
Ton bronco peut ruer fourbe ou sauter pas franc
Mais faut tous les monter, les gars, c’est la duraille ou la mort
=
Oh, les collines c’est cahots et rocaille, mais faut en passer par là
Quand on lance un troupeau, vaut mieux s’en sortir vivant
Si jamais tu tombes sur un veau non marqué, rafle-le au passage
Autant vous y faire, les gars, c’est la duraille ou la mort
=
Quand la longue journée est finie, t’auras plaisir à voir le chef
Avec un pot de café noir, un autre plein de pot-au-feu
Et des biscuits au levain en guise de tourte
Quand il gueule, « À la graille ! », c’est la duraille ou la mort
=
En pleine nuit c’est parfois bougrement dur
De sortir des couvrantes quand on est mis de garde
Et on passe les moments éprouvants sous le ciel étoilé
À chantonner pour le bétail, les gars, c’est la duraille ou la mort
=
Parfois c’est une foutue tempête et parfois c’est plutôt dégagé
Qu’on travaille un mois ou qu’on travaille un an
On a tout à gagner quand on se donne la peine d’essayer
Pour le monde entier, les gars, c’est la duraille ou la mort

01/01/2015

Bob Dylan – Just like a woman

Filed under: Bob Dylan,English songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , ,

The version I prefer is here.
=

Just like a woman – 1966
=
Tout à fait comme une femme
=
Nobody feels any pain
Tonight as I stand inside the rain
Everybody knows that Baby’s got new clothes
But lately I see her ribbons and her bows
Have fallen from her curls
=
She takes just like a woman, yes she does
She makes love like a woman, yes she does
And then she aches just like a woman
But she breaks just like a little girl
=
Queen Mary, she’s my friend
Yes I believe I’ll go see her again
Nobody has to guess that Baby can’t be blessed
Till she sees finally that she’s like all the rest
With her fog, her amphetamine and her pearls
=
She takes just like a woman, yes she does
She makes love like a woman, yes she does
And then she aches just like a woman
But she breaks just like a little girl
=
It was raining from the first
And I was dying there of thirst
So I came in here and your long-time curse hurts
But what’s worse is this pain in here
I can’t stay in here. Ain’t it clear that I just don’t fit?
=
Yes, I believe it’s time for us to quit
But when we meet again, introduced as friends
Please don’t let on that you knew me when
I was hungry and it was your world
=
Ah, you take just like a woman, yes you do
You make love like a woman, yes you do
And then you ache just like a woman
But you break just like a little girl
=
Personne ne ressent la moindre douleur
Ce soir alors que je suis debout sous la pluie
Tout le monde sait que Bibiche a des vêtements neufs
Mais ces derniers temps je vois que les rubans noués
À ses boucles de cheveux sont tombés
=
Elle accapare tout à fait comme une femme, oh ça oui
Elle fait l’amour comme une femme, oh ça oui
Et puis elle souffre tout à fait comme une femme
Mais elle craque tout à fait comme une gamine
=
La reine Mary, c’est mon amie
Oui, je crois que je vais retourner la voir
Personne ne doit deviner que Bibiche ne peut être comblée
Tant qu’elle n’aura pas compris qu’elle est comme toutes les autres
Avec son brouillard, ses amphétamines et ses perles
=
Elle se sert tout à fait comme une femme
Elle fait l’amour comme une femme
Et puis elle souffre tout à fait comme une femme
Mais elle craque tout à fait comme une gamine
=
Il pleuvait depuis le début et je mourais de soif là dehors
Alors je suis entré et tes crampes récurrentes font mal
Mais le pire c’est la douleur ici dedans
Je ne peux pas rester ici. N’est-il pas évident
que ce n’est tout simplement pas ma place ?
=
Oui, je crois qu’il est temps qu’on se sépare
Quand on se rencontrera à nouveau, amis pour la galerie
Je t’en prie, ne dis pas que tu m’as connu quand
J’avais faim et que le monde était à toi
=
Ah, tu te sers tout à fait comme une femme, oh oui alors
Tu fais l’amour comme une femme, oh oui vraiment
Et puis tu souffres tout à fait comme une femme
Mais tu fonds en larmes tout à fait comme une gosse
=

Bob Dylan – Blowin’ in the wind

Filed under: Bob Dylan,English songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , ,

Almost prehistory: listen to it here.

Blowin’ in the wind – 1962
=
Dans le souffle du vent
=
How many roads must a man walk down
Before you call him a man?
Yes, ’n’ how many seas must a white dove sail
Before she sleeps in the sand?
Yes, ’n’ how many times must the cannon balls fly
Before they’re forever banned?
The answer, my friend, is blowin’ in the wind
The answer is blowin’ in the wind
=
How many times must a man look up
Before he can see the sky?
Yes, ’n’ how many ears must one man have
Before he can hear people cry?
Yes, ’n’ how many deaths will it take till he knows
That too many people have died?
The answer, my friend, is blowin’ in the wind
The answer is blowin’ in the wind
=
How many years can a mountain exist
Before it’s washed to the sea?
Yes, ’n’ how many years can some people exist
Before they’re allowed to be free?
Yes, ’n’ how many times can a man turn his head,
Pretending he just doesn’t see?
The answer, my friend, is blowin’ in the wind
The answer is blowin’ in the wind
=
Combien de routes doit un homme parcourir
avant qu’on l’appelle un homme ?
Oui, et combien de mers doit une blanche colombe franchir avant de dormir dans le sable ?
Oui, et combien de fois doivent tonner les canons
avant d’être interdits à jamais ?
La réponse, mon ami, est dans le souffle du vent ;
la réponse est dans le souffle du vent.
=
Combien de fois doit un homme lever la tête
avant de voir le ciel ?
Oui, et combien d’oreilles doit un homme avoir
avant qu’il entende les cris humains ?
Oui, et combien de morts faudra-t-il
avant qu’il sache que trop de gens sont morts ?
La réponse, mon ami, est dans le souffle du vent
la réponse est dans le souffle du vent
=
Combien d’années peut une montagne exister
avant d’être engloutie par la mer ?
Oui et combien d’années peuvent certains vivre
avant qu’il leur soit permis d’être libres ?
Oui, et combien de fois doit un homme détourner la tête pour faire semblant de n’avoir rien vu ?
La réponse, mon ami, est dans le souffle du vent
La réponse est dans le souffle du vent
=

Bob Dylan – Rainy day women No. 12 & 35

Filed under: Bob Dylan,English songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , , ,

Cela s’écoute sur YouTube, Bob Dylan en concert au Texas vingt ans après.
=

Rainy day women No. 12 & 35 – 1966
=
Femmes des jours de pluie Numéros 12 et 35
=
Well, they’ll stone you when you’re trying to be so good
They’ll stone you just like they said they would
They’ll stone you when you’re trying to go home
Then they’ll stone you when you’re there all alone
But I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
Well, they’ll stone you when you’re walking on the street
They’ll stone you when you’re trying to keep your seat
They’ll stone you when you’re walking on the floor
They’ll stone you when you’re walking through the door
But I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
They’ll stone you when you’re at the breakfast table
They’ll stone you when you are young and able
They’ll stone you when you’re trying to make a buck
They’ll stone you and then they’ll say, ‘Good luck’
Tell you what, I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
Well, they’ll stone you and say that it’s the end
Then they’ll stone you and then they’ll come back again
They’ll stone you when you’re riding in your car
They’ll stone you when you’re playing your guitar
Yes, but I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
Well, they’ll stone you when you are all alone
They’ll stone you when you are walking home
They’ll stone you and then say they are brave
They’ll stone you when you’re set down in your grave
But I would not feel so alone
Everybody must get stoned
=
Tu sais, elles te défonceront alors que t’essaies d’être parfait
Elles te défonceront comme elles disaient qu’elles le feraient
Elles te défonceront quand t’essaies de rentrer chez toi
Et puis elles te défonceront quand tu y es tout seul
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Tu sais, elles te défonceront alors que tu marches dans la rue
Elles te défonceront alors que t’essaies de garder ta place
Elles te défonceront quand tu marches dans la maison
Et puis elles te défonceront quand tu passes la porte
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Elles te défonceront pendant que tu prends le petit-déjeuner
Elles te défonceront alors que t’es jeune et capable
Elles te défonceront alors que t’essaies de te faire des ronds
Elles te défonceront et puis elles te diront Bonne chance
Laisse-moi te dire, moi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Tu sais, elles te défonceront et diront que c’est fini
Puis elles te défonceront et après elles reviendront
Elles te défonceront alors que tu es au volant
Elles te défonceront alors que tu joues de la guitare
Ouais, mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Tu sais, elles te défonceront même quand t’es tout seul
Elles te défonceront alors que tu rentres chez toi
Elles te défonceront et après elles diront qu’elles sont courageuses
Elles te défonceront quand on te mettra dans la tombe
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=

Grand Corps Malade – Funambule

Filed under: Autres,French songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , ,

Cela s’écoute sur YouTube.

Funambule – 2013

Tightrope walker

A chaque époque on se cherche un peu
et on s’demande si on s’connaît
On est nous-mêmes, on fait ce qu’on peut
on changera pas, c’est c’qu’on s’promet

Entre bitume et tapis rouge
j’ai slalomé de part en part
J’côtoie la dèche et l’opulence
j’apprends à faire le grand écart

La vie propose tellement de thèmes
Parfois je fonce, parfois je freine
J’vois les deux côtés du système
pourtant j’me sens pas schizophrène

J’essaie de pas trop faire d’erreurs
et dans mes choix je me sens libre
Je prends c’truc du fond du cœur
tout est une question d’équilibre

C’est pour ce besoin d’équilibre
que j’ai dû prendre un peu de risques
Après un mauvais coup du sort
ma vie partait pour être triste

Écarté des terrains de sport
comme un sursaut j’ai compensé
J’avais besoin d’un autre support
dans l’écriture j’me suis lancé

C’est pour ce besoin d’équilibre
qu’il me fallait de l’aventure
Toute mon histoire se refermait
fallait trouver une ouverture

J’ai touché l’accélérateur
pour retrouver des sensations
Car quand je marche à deux à l’heure
il m’fallait une compensation

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un funambule… J’avance loin des certitudes

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un… Les pieds sur terre

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un funambule L’air dans ma bulle

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un… Je suis un funambule

Alors j’ai croisé le show-biz
j’ai vu le royaume des egos
Qui pourra faire le plus d’entrées
Qui provoquera le plus d’écho

J’ne cracherai pas dans la soupe
là où je suis je me sens bien
Mais pour garder mon équilibre
je n’oublierai pas d’où je viens

C’est pour ce besoin d’équilibre
que je garde un peu de hors-piste
Car j’aime aussi la vie d’humain
quand s’interrompt la vie d’artiste

Entre la lumière de la lune et celle des spots
maintenant je sais
Que j’ai ma place à l’Olympia
mais aussi dans les M.J.C.

Je prends du recul, je prends des gants
quand j’vois le strass et les paillettes
Les gentils se sentent importants
moi ils me stressent, ils sont pas nets

J’ne cracherai pas dans la soupe
j’ai rencontré des gens très bien
Mais j’me reconnaîtrai toujours plus
dans ceux qui viennent là d’où je viens

C’est pour ce besoin d’équilibre
qu’on a joué dans des cathédrales
Et après, yeux dans les yeux
avec un public carcéral

C’est pour ce besoin d’équilibre
que tous mes sentiments se touchent
Quand je vois le public se lever
je pense à mon fils qui se couche

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un funambule… J’avance loin des certitudes

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un… Je suis un funambule

Si j’aime la nuit, c’est grâce au jour
et j’aime le jour grâce à la nuit
J’aime être tout seul grâce à la foule
et grâce au silence j’aime le bruit

Besoin d’tout ça pour que ça vibre
j’veux me sentir fort et avoir peur
Tout est une question d’équilibre
je prends c’truc du fond du cœur

Si dans une vie ça part en vrille
c’est qu’l’équilibre a vrillé
Pour le garder c’est capital
de pas dormir sur ses lauriers

Alors je reste vigilant
quitte à recréer du désordre
Entre le glacé et le brûlant
j’aime la douceur, j’aime que ça morde

L’équilibre est dans la nature
j’invente rien, ça va sans dire
Il faut d’la pluie et du soleil
pour que la fleur puisse s’épanouir

Faut l’exception dans la règle
pour que la vie ait plus de goût
Il faut d’la force et de l’adresse
pour que l’enfant se mette debout

J’mets d’la lumière pour voir l’avenir
mais parfois j’aime autant l’éteindre
Dans la vie on se fout de l’objectif
c’qui compte c’est la route pour l’atteindre

Alors j’avance sur un fil
parmi les chemins qui s’éparpillent
En équilibre malhabile
je suis un funambule à béquilles

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un funambule… J’avance loin des certitudes

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un…  Les pieds sur terre

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un funambule… L’air dans ma bulle

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un… Je suis un funambule

In each age we seek ourselves a bit
and ask ourselves if we know who we are
We are what we are, we do what we can
we won’t change, that’s what we promise ourselves

Between pavement and red carpet
I’ve been sliding back and forth
elbowing dearth and surfeit
learning to do the splits

Life suggests so many themes
Sometimes I dash, sometimes I brake
I see both sides of the system
yet I don’t feel schizophrenic

I try not to make too many mistakes
and feel free to make my own choices
I believe deeply that
it’s all a matter of balance

It’s out of this need of balance
that I’ve had to take a few risks
After a stroke of bad luck
my life was likely to be sad

Cast away from the playing fields
with a start I compensated
I needed another support
I went headlong into writing

It’s out of this need of balance
that I was looking for adventure
All my history was closing down
I needed to find a way out

So I put my foot down
to feel again some sensations
Since I walk a mile an hour
I had to find some compensation

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a tightrope walker … I progress far from certainties

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a … feet on the ground

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a tightrope walker … nose in my bubble

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a … I’m a tightrope walker

And then I came upon show-biz
I saw the realm of egotists
Who will sell the most tickets
Who will trigger the most gossip

I won’t bite the hand that feeds me
I feel good right where I am
but to keep my balance
I won’t forget where I come from

It’s out of this need of balance
that I keep a few things off-track
As I also like human life
once artistic life stops

Between the light of the moon and the spotlights’
now I know
That I deserve a place at the Olympia
but also in the MJCs

I stand back and handle things with kid gloves
when I see the sparkle and sequins
The kindly souls feel important
yet they put me on edge, they aren’t kosher

I won’t bite the hand
I’ve met truly good people
But I’ll always feel more akin
to those that hail from where I’m from

It’s out of this need of balance
that we used to play in cathedrals
And afterwards face to face
to jailbird crowds

It’s out of this need of balance
that all my feelings interconnect
When I see the audience stand up
I think of my son going to bed

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a tightrope walker … I progress far from certainties

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a … I’m a tightrope walker

If I like the night, it’s thanks to the day
and I like the day thanks to the night
I like being all alone thanks to the crowd
and thanks to silence I like noise

Need all of that to feel the tingle
I want to feel strong and feel fear
It’s all a matter of balance
I believe this from the bottom of my heart

If in life things get twisted
it’s because balance is in a tailspin
To keep it it’s essential
not to sit on one’s laurels

So I stay vigilant
to the risk of further disorder
Between the ice and the fire
I like mildness, I like it to bite

Balance is in nature
I’m not making it up, it goes without saying
A flower needs both rain and sun
in order to blossom

It takes breaking the rules
for life to have spice
It takes strength and skill
for a child to stand upright

I turn on the light to see the future
but sometimes I like to turn it off too
In life we don’t care about the goal
what matters is the way to reach it

So I proceed on a string
among the paths spread before me
In clumsy balance
I’m a tightrope walker on crutches

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a tightrope walker … I progress far from certainties

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a … feet on the ground

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a tightrope walker … nose in my bubble

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a … I’m a tightrope walker

Bob Dylan – Like a rolling stone

Filed under: Bob Dylan,English songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , ,

Cela s’écoute sur YouTube dans une version sur scène en 1966.
=

Like a rolling stone – 1965
=
Comme pierre qui roule
=
Once upon a time you dressed so fine
You threw the bums a dime in your prime, didn’t you?
People’d call, say, “Beware, doll, you’re bound to fall”
You thought they were all kiddin’ you
You used to laugh about
Everybody that was hangin’ out
Now you don’t talk so loud
Now you don’t seem so proud
About having to be scrounging for your next meal.

=
How does it feel?
How does it feel
To be without a home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?

=
You’ve gone to the finest school all right, Miss Lonely
But you know you only used to get juiced in it
And nobody has ever taught you how to live on the street
And now you find out you’re gonna have to get used to it
You said you’d never compromise
With the mystery tramp, but now you realize
He’s not selling any alibis
As you stare into the vacuum of his eyes
And ask him do you want to make a deal?

=
How does it feel?
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?

=
You never turned around to see the frowns on the jugglers and the clowns
When they all came down and did tricks for you
You never understood that it ain’t no good
You shouldn’t let other people get your kicks for you
You used to ride on the chrome horse with your diplomat
Who carried on his shoulder a Siamese cat
Ain’t it hard when you discover that
He really wasn’t where it’s at
After he took from you everything he could steal

=
How does it feel?
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?

=
Princess on the steeple and all the pretty people
They’re drinkin’, thinkin’ that they got it made
Exchanging all kinds of precious gifts and things
But you’d better lift your diamond ring
You’d better pawn it babe
You used to be so amused
At Napoleon in rags and the language that he used
Go to him now, he calls you, you can’t refuse
When you got nothing, you got nothing to lose
You’re invisible now, you got no secrets to conceal

=
How does it feel?
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?
Il fut un temps où tu t’habillais super chic
Tu jetais des tunes aux clodos dans la fleur de ton âge, pas vrai ?
Les gens te disaient, « Attention, poupée, tu vas te planter »
Tu pensais qu’ils se moquaient tous de toi
Tu te gaussais
De tous ceux qui traînaient alentour
Maintenant tu la ramènes moins
maintenant t’as pas l’air si fière
d’avoir à  mendier pour ton prochain repas

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
d’être à la rue
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=
Sûr que t’es allée à la meilleure école, Mam’zelle Solitaire
mais comme tu sais tu ne faisais que t’y beurrer
et personne jamais ne t’a appris comment vivre dans la rue
et maintenant tu t’aperçois que tu vas devoir t’y faire
Tu disais que tu ne ferais jamais de compromis
avec le clodo lambda, mais à présent tu te rends compte
qu’il ne fourgue pas des alibis
alors que tu sondes le vide de ses yeux
et lui demande s’il veut passer un marché

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
d’être toute seule
sans savoir comment rentrer
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=
Tu ne t’es jamais détournée pour voir se froncer les sourcils
quand jongleurs et clowns venaient faire des tours rien que pour toi
T’as jamais compris que ça n’avance à rien
Tu ne devrais jamais laisser les autres prendre leur pied à ta place
Tu montais avec lui le cheval chromé de ton diplomate
qui portait sur l’épaule un chat siamois
Ça te fait pas mal quand tu découvres
Qu’il était pas si branché que ça
une fois qu’il t’a pris tout ce qu’il pouvait voler ?

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
D’être toute seule
sans savoir comment rentrer
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=
Princesse au pinacle et tout ce joli monde
Ça picole, ça croit son avenir assuré
échangeant toutes sortes de cadeaux et de trucs précieux
mais tu ferais mieux d’enlever ta bague de diams
Et de la mettre au clou, mon chou
Il t’amusait tellement
ce Napoléon en haillons et le sabir qu’il parlait
Va à lui maintenant, il t’appelle, tu peux pas refuser
Quand on a rien on a rien à perdre
T’es invisible à présent, t’as plus de secrets à dissimuler

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
d’être toute seule
sans savoir comment rentrer
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=

The Beatles – Come together

Cela s’écoute sur YouTube.
=

Come together – 1969
=
Rassemblez-vous
=
Shoot me! Shoot me! Shoot me!
=
Here come ol’ Flat-top
He come groovin’ up slowly
He got ju-ju eyeballs
He one holy roller
He got hair down to his knee
Got to be a joker he just do what he please
=
Shoot me! Shoot me! Shoot me!
=
He wear no shoeshine
He got toe-jam football
He got monkey finger
He shoot Coca-Cola
He say I know you, you know me
One thing I can tell you is you got to be free
Come together right now over me
=
Shoot me! Shoot me! Shoot me!
=
He bag Production
He got walrus gumboot
He got Ono sideboard
He got spinal cracker
He got feet down below his knee
Hold you in his armchair
You can feel his disease
Come together right now over me.
=
Right! Come together
=
He roller-coaster
He got early warning
He got muddy water
He want mojo filter
He say One and one and one is three
Got to be good looking ’cause he’s so hard to see
Come together right now over me
=
Shoot me! Shoot me! Shoot me!
=
Ow!
=
[solo]
=
Come together! Yeah
Come together! Yeah
Come together! Yeah…
=
Shoote-moi ! Baise-moi ! Flingue-moi !*
=
V’là Tête carrée qui rapplique
Il s’aboule en défonce lente
Il a des yeux grigri
C’est un de ces mabouls du sacré
Ses cheveux lui arrivent au genou
Ça doit être un farceur il fait rien que c’qui lui plaît
=
Shoote-moi ! Baise-moi ! Flingue-moi !
=
Il porte pas de groles cirées
Les orteils compressés à force de jouer au foot
Il a le doigt anusien du singe
Il se shoote à la coke
Il dit J’te connais tu m’connais
Ce que j’peux te dire c’est Tu dois être libre
Rassemblez-vous tous maintenant avec moi
=
Shoote-moi ! Baise-moi ! Flingue-moi !
=
Il truste les mises en scène
Il a des bottes en peau de morse
Il a Ono au menu
Il est complétement défoncé**
Il a les pieds tout en bas de ses genoux
Qu’il t’étreigne dans son fauteuil
Tu peux ressentir ce qui le mine
Rassemblez-vous tous maintenant avec moi
=
C’est ça ! Rassemblez-vous
=
C’est un montagnes-russes***
Il a les signes avant-coureurs
Il compisse les chattes
Il veut un filtre à sex-appeal
Il dit Un plus un plus un font trois
Doit être beau gosse vu que c’est pas facile de l’approcher
Rassemblez-vous tous maintenant avec moi
=
Shoote-moi ! Baise-moi ! Flingue-moi !
=
Aïe !
=
[solo]
=
Rassemblez-vous, ouais
Rassemblez-vous, ouais
Rassemblez-vous, ouais…
=
Les trois traductions sont possibles, selon comment on a l’esprit tourné.
** Version édulcorée. La version hard serait : Il se fait complétement défoncer (si bien que sa colonne pète).
*** Version édulcorée. Une autre se référerait à une certaine pratique sexuelle (cf. urbandictionary.com).

Blog at WordPress.com.