CHANSONGS

11/12/2016

Bob Dylan – A Hard Rain’s A-Gonna Fall

This is the song handpicked half a century later for the entertainment of the Nobel Prize glitterati out of absent Bob Dylan’s Father Christmas’s sack.
I’ve felt like translating it today to prove to myself that it doesn’t make any more sense in French than it does in English. I guess Patti Smith must have felt the same, blundering as she did not once but twice over the convoluted words – watch the performance here if you must. This lack of professionalism earned her a standing ovation – well, why not, since the lyricist himself was being anointed as a master writer?
=

A Hard Rain’s A-Gonna Fall (1963)
=A Hard Rain’s A-Gonna Fall (1963)
Une forte pluie va tomber
=
Oh, where have you been, my blue-eyed son?
Oh, where have you been, my darling young one?
I’ve stumbled on the side of twelve misty mountains
I’ve walked and I’ve crawled on six crooked highways
I’ve stepped in the middle of seven sad forests
I’ve been out in front of a dozen dead oceans
I’ve been ten thousand miles in the mouth of a graveyard
And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, and it’s a hard
And it’s a hard rain’s a-gonna fall
=
Oh, what did you see, my blue-eyed son?
Oh, what did you see, my darling young one?
I saw a newborn baby with wild wolves all around it
I saw a highway of diamonds with nobody on it
I saw a black branch with blood that kept drippin’
I saw a room full of men with their hammers a-bleedin’
I saw a white ladder all covered with water
I saw ten thousand talkers whose tongues were all broken
I saw guns and sharp swords in the hands of young children
And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
And it’s a hard rain’s a-gonna fall
=
And what did you hear, my blue-eyed son?
And what did you hear, my darling young one?
I heard the sound of a thunder, it roared out a warnin’
Heard the roar of a wave that could drown the whole world
Heard one hundred drummers whose hands were a-blazin’
Heard ten thousand whisperin’ and nobody listenin’
Heard one person starve, I heard many people laughin’
Heard the song of a poet who died in the gutter
Heard the sound of a clown who cried in the alley
And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
And it’s a hard rain’s a-gonna fall
=
Oh, who did you meet, my blue-eyed son?
Who did you meet, my darling young one?
I met a young child beside a dead pony
I met a white man who walked a black dog
I met a young woman whose body was burning
I met a young girl, she gave me a rainbow
I met one man who was wounded in love
I met another man who was wounded with hatred
And it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
It’s a hard rain’s a-gonna fall
=
Oh, what’ll you do now, my blue-eyed son?
Oh, what’ll you do now, my darling young one?
I’m a-goin’ back out ’fore the rain starts a-fallin’
I’ll walk to the depths of the deepest black forest
Where the people are many and their hands are all empty
Where the pellets of poison are flooding their waters
Where the home in the valley meets the damp dirty prison
Where the executioner’s face is always well hidden
Where hunger is ugly, where souls are forgotten
Where black is the color, where none is the number
And I’ll tell it and think it and speak it and breathe it
And reflect it from the mountain so all souls can see it
Then I’ll stand on the ocean until I start sinkin’
But I’ll know my song well before I start singin’
And it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
It’s a hard rain’s a-gonna fall
=
Oh, où es-tu allé, mon fils aux yeux bleus ?
Oh, où es-tu allé, mon petit chéri ?
J’ai trébuché sur les flancs de douze montagnes brumeuses
J’ai marché et j’ai rampé sur six autoroutes tortueuses
J’ai pénétré au cœur de sept forêts tristes
Je suis sorti à la rencontre d’une douzaine d’océans morts
J’ai fait dix mille miles dans la bouche d’un cimetière
Et c’est une forte, et c’est une forte, c’est une forte, et c’est une forte | C’est une forte pluie qui va tomber
=
Oh, qu’as-tu vu, mon fils aux yeux bleus ?
Oh, qu’as-tu vu, mon petit chéri ?
J’ai vu un nouveau-né avec des loups sauvages tout autour
J’ai vu une autoroute de diamants sans personne dessus
J’ai vu une branche noire dégouttant du sang
J’ai vu une salle pleine d’hommes et leurs marteaux saignaient
J’ai vu une échelle blanche entièrement sous l’eau
J’ai vu dix mille bavards, tous la langue brisée
J’ai vu des fusils et des épées tranchantes dans les mains de gamins | Et c’est une forte, et c’est une forte, c’est une forte, et c’est une forte | C’est une forte pluie qui va tomber
=
Et qu’as-tu entendu, mon fils aux yeux bleus ?
Et qu’as-tu entendu, mon petit chéri ?
J’ai entendu le bruit du tonnerre, il a hurlé un avertissement
Entendu le rugissement d’une vague qui pourrait noyer la terre entière | Entendu cent joueurs de tambour dont les mains étaient en flammes | Entendu dix mille chuchoter et pas un n’écoutait
Entendu une personne mourant de faim, entendu beaucoup de gens rire | Entendu la chanson d’un poète mort dans le caniveau
Entendu le bruit que faisait un clown qui pleurait dans l’allée
Et c’est une forte, et c’est une forte, c’est une forte, et c’est une forte | C’est une forte pluie qui va tomber
=
Qui as-tu rencontré, mon fils aux yeux bleus
Qui as-tu rencontré, mon petit chéri ?
J’ai rencontré un petit enfant auprès d’un poney mort
J’ai rencontré un homme blanc qui promenait un chien noir
J’ai rencontré une jeune femme dont le corps brûlait
J’ai rencontré une jeune fille, elle m’a donné un arc-en-ciel
J’ai rencontré un homme blessé par l’amour
J’ai rencontré un autre homme blessé par la haine
Et c’est une forte, et c’est une forte, c’est une forte, et c’est une forte | C’est une forte pluie qui va tomber
=
Oh, que vas-tu faire maintenant, mon fils aux yeux bleus ?
Oh, que vas-tu faire à présent, mon petit chéri ?
Je retourne dehors avant que la pluie ne se mette à tomber
Je vais marcher jusqu’au fin fond de la forêt noire la plus dense
Où les gens sont nombreux et et ont les mains vides
Où les boulettes de poison saturent leurs eaux
Où la maison dans la vallée rencontre la prison sale et humide
Où la face du bourreau est toujours soigneusement voilée
Où la faim est hideuse, où les âmes sont oubliées
Où noir est la couleur, où zéro est le nombre
Et je le dirai et le penserai et l’exprimerai et le respirerai
Et le réfléchirai depuis la montagne afin que toutes les âmes le voient | Puis je me mettrai debout sur l’océan jusqu’à ce que je commence à couler | Mais je connaîtrai ma chanson bien avant de me mettre à chanter | Et c’est une forte, et c’est une forte, c’est une forte, et c’est une forte | C’est une forte pluie qui va tomber
=

14/01/2015

Leonard Cohen – Almost like the blues

Listen to it on his official website.

Almost like the blues – 2014
=
Presque comme le blues
=
I saw some people starving
There was murder, there was rape
Their villages were burning
They were trying to escape
I couldn’t meet their glances
I was staring at my shoes
It was acid, it was tragic
It was almost like the blues
It was almost like the blues
=
I have to die a little
Between each murderous thought
And when I’m finished thinking
I have to die a lot
There’s torture and there’s killing
And there’s all my bad reviews
The war, the children missing
Lord, it’s almost like the blues
It’s almost like the blues
=
I let my heart get frozen
To keep away the rot
My father said I’m chosen
My mother said I’m not
I listened to their story
Of the Gypsies and the Jews
It was good, it wasn’t boring
It was almost like the blues
It was almost like the blues
=
There is no God in Heaven
And there is no Hell below
So says the great professor
Of all there is to know
But I’ve had the invitation
That a sinner can’t refuse
And it’s almost like salvation
It’s almost like the blues
Almost like the blues
=
J’ai vu des gens mourir de faim
Il y avait des meurtres, il y avait des viols
Leurs villages brûlaient
Ils tentaient de s’échapper
Je n’ai pu croiser leurs regards
Je contemplais mes chaussures
C’était acide, c’était tragique
C’était presque comme le blues
C’était presque comme le blues
=
Il faut que je meure un peu
Entre chaque envie de meurtre
Et quand j’aurai fini de penser
Je dois mourir beaucoup
Il y a torture et il y a massacre
Et il y a toutes les mauvaises critiques (de mon œuvre)
La guerre, les enfants disparus
Seigneur, c’est presque comme le blues
C’est presque comme le blues
=
J’ai laissé mon cœur se glacer
Pour tenir la pourriture à l’écart
Mon père disait que j’’étais l’élu
Ma mère disait c’est pas vrai
J’ai écouté leur histoire
Des gitans et des juifs
C’était bien, c’était pas ennuyeux
C’était presque comme le blues
C’était presque comme le blues
=
Y’a pas de dieu au paradis
Et pas d’enfer en dessous
Ainsi dit le grand professeur
De tout ce qu’il faut savoir
Mais j’ai reçu l’invitation
Qu’un pécheur ne peut refuser
C’est presque comme le salut
C’est presque comme le blues
Presque comme le blues
=

13/01/2015

Leonard Cohen – Slow

Cela s’écoute sur YouTube or on the man’s official website.

Slow – 2014
=
Lent
=
I’m slowing down the tune
I never liked it fast
You wanna get there soon
I wanna get there last
It’s not because I’m old
It’s not the life I led
I always liked it slow
That’s what my mamma said
=
I’m lacing up my shoes
But I don’t want to run
I’ll get there when I do
Don’t need no starting gun
It’s not because I’m old
And it’s not what dying does
I always liked it slow
Slow is in my blood
=
[Chorus]
I always liked it slow
I never liked it fast
With you it’s got to go
With me it’s got to last
It’s not because I’m old
It’s not because I’m dead
I always liked it slow
That’s what my mama said
=
All your moves are swift
All your turns are tight
Let me catch my breath
I thought we had all night
I like to take my time
I like to linger as it flies
A weekend on your lips
A lifetime in your eyes
=
[Chorus]
I always liked it slow
I never liked it fast
With you it’s got to go
With me it’s got to last
It’s not because I’m old
It’s not the life I led
I always liked it slow
That’s what my mama said
=
I’m slowing down the tune
I never liked it fast
You wanna get there soon
I wanna get there last
So, baby let me go
You’re wanted back in town
In case they want to know
I’m just trying to slow down
=
Je ralentis le rythme
Je l’ai jamais aimé vif
Tu veux arriver vite
Je veux arriver tard
C’est pas parce que je suis vieux
C’est pas la vie que j’ai menée
J’ai toujours aimé le lent
C’est ce que disait ma maman
=
Je lace mes chaussures
Mais je veux pas courir
J’arriverai quand j’arriverai
Pas besoin de coup de feu au départ
C’est pas parce que je suis vieux
Et c’est ce que mourir implique
J’ai toujours aimé le lent
Le lent est dans mon sang
=
[Refrain]
J’ai toujours aimé le lent
Jamais aimé la vitesse
Avec toi faut y aller
Avec moi faut durer
C’est pas parce que je suis vieux
C’est pas parce que je suis mort
J’ai toujours aimé le lent
C’est ce que disait ma maman
=
Tous tes mouvements sont vifs
Tous tes virages sont ric-rac
Laisse-moi reprendre mon souffle
Je pensais qu’on avait toute la nuit
J’aime prendre mon temps
J’aime m’attarder quand il fuit
Un week-end sur tes lèvres
Une vie dans tes yeux
=
[Refrain]
J’ai toujours aimé le lent
Jamais aimé la vitesse
Avec toi faut y aller
Avec moi faut durer
C’est pas parce que je suis vieux
C’est pas la vie que j’ai menée
J’ai toujours aimé le lent
C’est ce que disait ma maman
=
Je ralentis le rythme
Je l’ai jamais aimé rapide
Tu veux arriver vite
Je veux arriver tard
Alors, chérie, laisse-moi m’en aller
On t’attend en ville
Si jamais ça les intéresse
J’essaie simplement de freiner
=

Blog at WordPress.com.