CHANSONGS

22/09/2016

Leonard Cohen – You want it darker

Le tout dernier du grand homme, 82 printemps hier 21 septembre. Cela s’écoute sur YouTube.
=

You want it darker Tu veux que ce soit plus sombre
=
If you are the dealer, I’m out of the game
If you are the healer, it means I’m broken and lame
If thine is the glory then mine must be the shame
You want it darker
We kill the flame

Magnified, sanctified, be thy holy name
Vilified, crucified, in the human frame
A million candles burning for the help that never came
You want it darker
Hineni, hineni
I’m ready, my lord

There’s a lover in the story
But the story’s still the same
There’s a lullaby for suffering
And a paradox to blame
But it’s written in the scriptures
And it’s not some idle claim
You want it darker
We kill the flame

They’re lining up the prisoners
And the guards are taking aim
I struggled with some demons
They were middle class and tame
I didn’t know I had permission to murder and to maim
You want it darker
Hineni, hineni
I’m ready, my lord

Magnified, sanctified, be thy holy name
Vilified, crucified, in the human frame
A million candles burning for the love that never came
You want it darker
We kill the flame

If you are the dealer, let me out of the game
If you are the healer, I’m broken and lame
If thine is the glory, mine must be the shame
You want it darker

Hineni, hineni
Hineni, hineni
I’m ready, my lord

[Outro: Cantor Gideon Zelermyer]
Hineni
Hineni, hineni
Hineni

Si c’est toi qui donnes, je quitte le jeu
Si t’es le guérisseur, alors j’suis brisé et estropié
Si la gloire est à toi, la honte doit être pour moi
Tu veux que ce soit plus sombre
On noie la flamme

Magnifié, sanctifié, que ton nom saint
Soit diffamé, crucifié, dans le corps humain
Un million de bougies brûlent pour l’aide jamais venue
Tu veux que ce soit plus sombre
Hineni, hineni [Me voici, me voici]
Je suis prêt, Seigneur

Il y a un(e) amant(e) dans l’histoire
Mais l’histoire est toujours la même
Il y a une berceuse pour la souffrance
Et un paradoxe à blâmer
Mais c’est écrit dans les Écritures
Et ce n’est pas une simple allégation
Tu veux que ce soit plus sombre
On éteint la flamme

Ils font mettre les prisonniers en rang
Et les gardes les mettent en joue
J’ai lutté contre des démons
Ils étaient bourgeois et apprivoisés
Je ne savais pas que j’avais la permission de tuer et de mutiler | Tu veux que ce soit plus sombre
Hineni, hineni
Je suis prêt, Seigneur

Magnifié, sanctifié, que ton nom saint
Soit diffamé, crucifié, dans le corps humain
Un million de bougies brûlent pour l’amour jamais venu | Tu veux que ce soit plus sombre
On étouffe la flamme

Si c’est toi qui donnes, fais-moi sortir du jeu
Si t’es le guérisseur, je suis brisé et estropié
Si la gloire est à toi, la honte doit être pour moi
Tu veux que ce soit plus sombre

Hineni, hineni
Hineni, hineni
Je suis prêt, Seigneur


Hineni
Hineni, hineni
Hineni

 

Advertisements

02/06/2016

Anon – A Philosophical Cowboy

Last month, the Union des Traducteurs et Non Traducteurs de Villié-Morgon, no less, held an English-to-French translation competition of an anonymous song of the American Far West, with Morgon wine bottles as prizes. There were three winning entries. And here is my hors concours version.
=

A Philosophical Cowboy
=
Un cowboy philosophique

=

On the Double Circle Range where the grass grows green 
The cattle get wild and the broncs get mean 
And the calves get bigger as the days go by, 
So we got to keep a-rimming, boys, it’s root hog or die.
=
In the morning after breakfast about daylight; 
Throw your saddle on a horse and pull your cinches tight 
Your bronc may jump crooked or he may jump high 
But we all got to ride them, boys, it’s root hog or die.
=
Oh, the hills are rough and rocky but we got to make the drive 
When you start a bunch of cattle you better come alive 
If you ever get a maverick you must get him on the fly 
So you better take to them, boys, it’s root hog or die.
=
When the long day is over you’ll be glad to see the chief 
With a pot of black coffee and another full of beef 
And some sour dough biscuits to take the place of pie 
When he hollers, “Come and git it,” it’s root hog or die.
=
In the middle of the night it is sometimes awful hard 
To leave your warm blankets when you’re called on guard 
And you pass the weary moments while the stars are in the sky 
Humming to the cattle, boys, it’s root hog or die.
=
Sometimes it’s dreadful stormy and sometimes it’s pretty clear 
You may work a month and you might work a year 
But you can make a winning if you’ll come alive and try 
For the whole world over, boys, it’s root hog or die.
Dans les pâturages du Double Cercle où l’herbe pousse verte
Le bétail se lâche, les broncos bronchent
Et les veaux forcissent au fil des jours
Aussi faut continuer de patrouiller, les gars, c’est la duraille ou la mort=
Après le petit-déjeuner aux premières lueurs
Selle un cheval et serre bien la sangle
Ton bronco peut ruer fourbe ou sauter pas franc
Mais faut tous les monter, les gars, c’est la duraille ou la mort
=
Oh, les collines c’est cahots et rocaille, mais faut en passer par là
Quand on lance un troupeau, vaut mieux s’en sortir vivant
Si jamais tu tombes sur un veau non marqué, rafle-le au passage
Autant vous y faire, les gars, c’est la duraille ou la mort
=
Quand la longue journée est finie, t’auras plaisir à voir le chef
Avec un pot de café noir, un autre plein de pot-au-feu
Et des biscuits au levain en guise de tourte
Quand il gueule, « À la graille ! », c’est la duraille ou la mort
=
En pleine nuit c’est parfois bougrement dur
De sortir des couvrantes quand on est mis de garde
Et on passe les moments éprouvants sous le ciel étoilé
À chantonner pour le bétail, les gars, c’est la duraille ou la mort
=
Parfois c’est une foutue tempête et parfois c’est plutôt dégagé
Qu’on travaille un mois ou qu’on travaille un an
On a tout à gagner quand on se donne la peine d’essayer
Pour le monde entier, les gars, c’est la duraille ou la mort

04/01/2015

Leonard Cohen – Light as the breeze

Filed under: English songs,Leonard Cohen — marcel barang @ 2:53 pm
Tags: , , ,

Cela s’écoute sur YouTube.

Light as the breeze – 1994
=
Légère comme la brise
=
She stands before you naked
You can see it, you can taste it
and she comes to you light as the breeze
Now you can drink it or you can nurse it
It don’t matter how you worship
as long as you’re down on your knees
=
So I knelt there at the delta
at the alpha and the omega
at the cradle of the river and the seas
And like a blessing come from heaven
for something like a second
I was healed and my heart was at ease
=
O baby I waited so long for your kiss
for something to happen, oh something like this
=
And you’re weak and you’re harmless
and you’re sleeping in your harness
and the wind going wild in the trees
and it ain’t exactly prison
but you’ll never be forgiven
for whatever you’ve done with the keys
=
O baby I waited so long for your kiss
for something to happen, oh something like this
=
It’s dark now and it’s snowing
O my love I must be going
The river has started to freeze
And I’m sick of pretending
I’m broken from bending
I’ve lived too long on my knees
=
Then she dances so graceful
and your heart’s hard and hateful
and she’s naked but that’s just a tease
And you turn in disgust
from your hatred and from your love
and she comes to you light as the breeze
=
O baby I waited so long for your kiss
for something to happen, oh something like this
=
There’s blood on every bracelet
you can see it, you can taste it
and it’s Please baby, please baby please.
And she says, Drink deeply, pilgrim
but don’t forget there’s still a woman
beneath this resplendent chemise
=
So I knelt there at the delta
at the alpha and the omega
I knelt there like one who believes
And the blessings come from heaven
and for something like a second
I’m cured and my heart is at ease
=
Elle se tient nue devant toi
Tu peux voir, tu peux goûter
Et elle vient vers toi légère comme la brise
Maintenant tu peux téter ou tu peux tâter
Peu importe ta façon d’adorer
Aussi longtemps que tu es à genoux
=
Aussi me suis-je agenouillé au delta
À l’alpha et à l’oméga
Au berceau de la rivière et des mers
Et comme une bénédiction venue du ciel
L’espace peut-être d’une seconde
j’ai été guéri et j’étais en paix
=
Ô chérie, j’ai attendu si longtemps ton baiser
Que quelque chose se passe, oh, quelque chose comme ça
=
Et tu es faible et inoffensif
Et tu dors dans ton harnais
Et le vent se déchaîne dans les arbres
Et c’est pas vraiment la prison
Mais tu n’auras jamais de pardon
Pour ce que tu as fait des clefs
=
Ô chérie, j’ai attendu si longtemps ton baiser
Que quelque chose se passe, oh, quelque chose comme ça
=
Il fait sombre et la neige tombe
Ô  mon amour, je dois m’en aller
La rivière commence à geler
Et j’en ai marre de faire semblant
J’en peux plus de vivre courbé
J’ai vécu trop longtemps à genoux
=
Alors elle danse, si gracieuse
Et ton cœur est dur et haineux
Et elle est nue mais c’est juste pour t’allumer
Et tu te tournes dégoûté
par ta haine et par ton amour
et elle vient vers toi légère comme la brise
=
Ô chérie, j’ai attendu si longtemps ton baiser
Que quelque chose se passe, oh, quelque chose comme ça
=
Il y a du sang sur tous les bracelets
Tu peux le voir, tu peux le goûter
Et c’est : S’il te plaît petite, s’il te plaît petite, s’il te plaît
Et elle dit, Étanche ta soif, gitan*
mais n’oublie pas qu’il y a une femme
sous cette resplendissante chemise
=
Aussi me suis-je mis à genoux au delta
À l’alpha et à l’oméga
À genoux comme quelqu’un qui croit
Et comme une bénédiction du ciel
L’espace d’une seconde
je suis guéri et je suis en paix
=
* Mot à mot : Bois à satiété, pèlerin.

01/01/2015

The Beatles – Penny Lane

Cela s’écoute sur YouTube.
=

Penny Lane – 1967
=
Penny Lane
=
On Penny Lane there is a barber showing photographs
Of every head he’s had the pleasure to have known
And all that people that come and go, stop and say hello
On the corner is a banker with a motorcar
And little children laugh at him behind his back
And the banker never wears a mac in the pouring rain
That is strange
=
Penny Lane is in my ears and in my eyes
There beneath the blue suburban skies
I sit, and meanwhile back
=
On Penny Lane there is a fireman with an hour glass
And in his pocket is a portrait of the Queen
He likes to keep his fire engine clean, it’s a clean machine
=
Penny Lane is in my ears and in my eyes
Four of fish and finger pies
In summer, meanwhile back

=
Behind the shelter in the middle of a roundabout
A pretty nurse is selling puppies from a tray
I know she feels as if she’s in a play, she is anyway
On Penny Lane the barber shaves another customer
We see the banker sitting waiting for the trim
But the fireman rushes in from the pouring rain
Very strange
=
Penny Lane is in my ears and in my eyes
There beneath the blue suburban skies
I sit, and meanwhile back
=
A Penny Lane y’a un barbier qui exhibe des photos
De toutes les têtes qu’il a eu le plaisir de connaître
Et de tous les gens qui vont et viennent et s’arrêtent pour dire bonjour
Au coin y’a un banquier avec une automobile
Et les gamins se moquent de lui dans son dos
Et le banquier ne porte jamais d’imper sous la pluie battante Voilà qui est étrange
=
Penny Lane est dans mes oreilles et dans mes yeux
Là sous le ciel bleu de la banlieue
Je suis assis, et entre-temps
=
A Penny Lane y’a un pompier avec un sablier
Et dans sa poche un portrait de la reine
Il aime que sa voiture soit toujours propre, c’est une machine propre
=
Penny Lane est dans mes oreilles et dans mes yeux
Tourte au poisson et chatteries*
En été, et entre-temps
=
Derrière l’abri au milieu d’un rond-point
Une jolie infirmière vend des chiots sur un plateau
Je sais qu’elle se sent comme en représentation, c’est vrai de toute façon
Sur Penny Lane le barbier rase un autre client
On voit le banquier assis pour la coupe d’entretien
Mais le pompier se rue à l’intérieur pour se protéger de la pluie battante Très étrange
=
Penny Lane est dans mes oreilles et dans mes yeux
Là sous le ciel bleu de la banlieue
Je suis assis, et entre-temps…
=
* Un jeu de mot combinant ‘four of fish’ (poisson frit et frites pour quatre pennies) et ‘fish and finger pie’, argot écolier des années 60 pour le tripotage de la chatte des filles.

=

The Rolling Stones – You can’t always get what you want

Cela s’écoute sur YouTube, just last year (2013) in Glastonbury.
=

You can’t always get what you want – 1969
=
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
=
I saw her today at the reception
A glass of wine in her hand
I knew she would meet her connection
At her feet was a footloose man
=
No, you can’t always get what you want
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
But if you try sometime you find
You get what you need
=
I saw her today at the reception
A glass of wine in her hand
I knew she was gonna meet her connection
At her feet was a footloose man
=
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
But if you try sometimes well you might find
You get what you need
=
And I went down to the demonstration
To get my fair share of abuse
Singing, ‘We’re gonna vent our frustration
If we don’t we’re gonna blow a 50-amp fuse’
=
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
But if you try sometimes well you just might find
You get what you need
=
I went down to the Chelsea drugstore
To get your prescription filled
I was standing in line with Mr Jimmy
And man, did he look pretty ill
=
We decided that we would have a soda
My favourite flavour, cherry red
I sung my song to Mr Jimmy
Yeah, and he said one word to me, and that was ‘dead’
=
I said to him
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
But if you try sometimes you just might find
You get what you need
=
You get what you need–yeah, oh baby
=
I saw her today at the reception
In her glass was a bleeding man
She was practised at the art of deception
Well I could tell by her blood-stained hands
=
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
But if you try sometimes you just might find
You just might find
You get what you need
=
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
You can’t always get what you want
But if you try sometimes you just might find
You just might find
You get what you need
Je l’ai vue aujourd’hui à la réception
Un verre de vin à la main
Je savais qu’elle allait rencontrer son dealer
Un mec, libre comme l’air, était à ses pieds
=
Non, on peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
Mais si tu fais ce qu’il faut parfois tu t’aperçois
Que t’obtiens ce qu’il te faut
=
Je l’ai vue aujourd’hui à la réception
Un verre de vin à la main
Je savais qu’elle allait rencontrer son dealer
Un mec, libre comme l’air, était à ses pieds
=
Non, on peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
Mais si tu fais ce qu’il faut parfois, eh bien, tu t’aperçois
Que t’obtiens ce qu’il te faut
=
Et je me suis rendu à la manif
Pour y recevoir mon lot d’insultes
En chantant « On va rendre publique notre frustration
Car sinon on va tous péter les plombs »
=
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
Mais si tu fais ce qu’il faut parfois, eh bien, tu t’aperçois
Que t’obtiens ce qu’il te faut
=
Je suis allé à la pharmacie de Chelsea
Chercher les médocs de ton ordonnance
Je faisais la queue avec M. Jimmy
Et tu sais quoi ? Il avait l’air vraiment patraque
=
On a décidé d’aller prendre un soda
Ma saveur préférée, c’est la cerise
J’ai chanté ma chanson à M. Jimmy
Ouais, et il m’a dit juste un mot et c’était « nul ! »
=
Je lui ai dit
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
Mais si tu fais ce qu’il faut parfois tu t’aperçois
Que t’obtiens ce qu’il te faut
=
T’obtiens ce qu’il te faut – ouais, mon vieux
=
Je l’ai vue aujourd’hui à la réception
Dans son verre il y avait un homme qui saignait
Elle est passée maître dans l’art de tromper
Oui, je peux l’affirmer vu ses mains tachées de sang
=
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
Mais si tu fais ce qu’il faut parfois tu t’aperçois
Tu t’aperçois
Que t’obtiens ce qu’il te faut
=
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
On peut pas toujours avoir ce qu’on veut
Mais si tu fais ce qu’il faut parfois tu t’aperçois
Tu t’aperçois
Que t’obtiens ce qu’il te faut

Bruce Springsteen – Born to run

Cela s’écoute sur YouTube.
=

Born to run – 1975
=
Nés pour courir
=
In the day we sweat it out on the streets of a runaway American dream
At night we ride through the mansions of glory in suicide machines
Sprung from cages out on highway 9,
Chrome wheeled, fuel injected, and steppin’ out over the line
Oh-oh, baby, this town rips the bones from your back
It’s a death trap, it’s a suicide rap
We gotta get out while we’re young
’Cause tramps like us, baby, we were born to run
=
Yes, girl, we were
=
Wendy, let me in, I wanna be your friend
I want to guard your dreams and visions
Just wrap your legs ’round these velvet rims
And strap your hands ’cross my engines
Together we could break this trap
We’ll run till we drop, baby,
we’ll never go back
Oh-oh, will you walk with me out on the wire
’Cause, baby, I’m just a scared and lonely rider
But I gotta know how it feels
I want to know if love is wild
Babe, I want to know if love is real
=
Oh, can you show me
=
Beyond the Palace Hemi-powered drones scream down the boulevard
Girls comb their hair in rear-view mirrors
And the boys try to look so hard
The amusement park rises bold and stark
Kids are huddled on the beach in a mist
I wanna die with you, Wendy, on the street tonight
In an everlasting kiss
=
One, two, three, four
=
The highway’s jammed with broken heroes
On a last-chance power drive
Everybody’s out on the run tonight
But there’s no place left to hide
Together, Wendy, we can live with the sadness
I’ll love you with all the madness in my soul
Oh-oh, someday, girl, I don’t know when
We’re gonna get to that place
Where we really wanna go
And we’ll walk in the sun
But till then tramps like us
Baby, we were born to run
=
Oh honey, tramps like us
Baby, we were born to run (x2)
=
Le jour, on s’arme de patience dans les rues d’un rêve américain emballé
La nuit, on file à travers les résidences grandioses sur des machines suicidaires
Jaillis de cages et fonçant sur la Nationale 9
Roues chromées, moteurs à injection et à fond la caisse
Chérie, cette ville t’arrache les os du dos
C’est un piège mortel, c’est une punition suicidaire
On doit se casser tant qu’on est jeunes
Pasque des chemineaux comme nous, chérie, on est nés pour courir
=
Oui, petite, pour courir
=
Wendy, laisse-moi entrer, je veux être ton ami
Je veux être le gardien de tes rêves et de tes visions
Enroule juste tes jambes autour de ces jantes de velours
Et ceinture mes moteurs de tes mains
Ensemble on peut sortir de ce piège
On va courir jusqu’à n’en plus pouvoir, chérie, on ne reviendra jamais
Oh-oh, vas-tu marcher avec moi sur le fil là dehors
Pasque, tu vois, j’suis juste un motard esseulé qui a peur
Mais il faut que je sache ce que ça fait
Je veux savoir si l’amour est sauvage
Chérie, je veux savoir si l’amour est pour de vrai
=
Tu me montres, dis ?
=
Au-delà du Palace, les drones à moteur Hemi rugissent le long du boulevard
Les filles se recoiffent dans les rétroviseurs
Et les mecs essayent d’avoir l’air méchant
Le parc d’attraction se dresse massif et rigide
Les gosses se blotissent sur la plage dans la brume
Je veux mourir avec toi, Wendy, dans les rues ce soir
Dans un baiser sans fin
=
Un, deux, trois, quatre
=
L’autoroute est bondée de héros déchus
Dans leur voyage de la dernière chance
Tout le monde est dehors en cavale ce soir
Mais il n’y a plus d’endroit où se cacher
Ensemble, Wendy, on peut vivre avec la tristesse
Je t’aimerai de toute la folie de mon âme
Oh-oh, un jour, petite, je sais pas quand
On va rejoindre cet endroit
Où on veut vraiment aller
Et on marchera dans la lumière du soleil
Mais en attendant, des chemineaux comme nous
Chérie, on est nés pour courir
=
Oh, mon amour, des chemineaux comme nous
Chérie, on est nés pour courir (x 2)
=

The Beatles – Hey Jude

The tricky part of this song is the use of ‘it’ and ‘her’, elle in both cases in French.
‘It’ refers to ‘a sad song’ but also to life in general, or the mood, while ‘her’ seems to refer
to a woman, a new love. So much for the legend of Paul McCartney writing the song
‘to comfort John Lennon’s son Julian during his parents’ divorce’. Anyway, listen to it here.

=

Hey Jude – 1968
=
Eh Jude=
Hey Jude, don’t make it bad
Take a sad song and make it better
Remember to let her into your heart
Then you can start to make it better
=
Hey Jude, don’t be afraid
You were made to go out and get her
The minute you let her under your skin
Then you begin to make it better
=
And anytime you feel the pain, hey Jude, refrain
Don’t carry the world upon your shoulders
For well you know that it’s a fool who plays it cool
By making his world a little colder
=
Hey Jude, don’t let me down
You have found her, now go and get her
Remember to let her into your heart
Then you can start to make it better
=
So let it out and let it in, hey Jude, begin
You’re waiting for someone to perform with
And don’t you know that it’s just you, Hey Jude, you’ll do
The movement you need is on your shoulders
=
Hey Jude, don’t make it bad
Take a sad song and make it better
Remember to let her under your skin
Then you’ll begin to make it
Better better better better better better oh
Da da da da da da, da da da. Hey Jude…
=
Eh Jude, ne gâche pas tout
Prends une chanson triste et améliore-la
Souviens-toi de l’accueillir dans ton cœur
Alors tu pourras commencer à faire pour le mieux
=
Eh Jude, n’aie pas peur
Tu es né pour la faire tienne
Dès que tu l’auras dans la peau
Alors tu te mettras à faire pour le mieux
=
Et chaque fois que tu as mal, eh Jude, abstiens-toi
Ne porte pas le monde sur tes épaules
Car tu sais bien que seul un idiot garde son calme
En refroidissant son monde un peu plus
=
Eh Jude, ne me laisse pas tomber
Tu l’as trouvée, alors va la chercher
Souviens-toi de l’accueillir dans ton cœur
Alors tu pourras commencer à faire pour le mieux
=
Aussi, défoule-toi et laisse passer, eh Jude, vas-y
Tu attends quelqu’un pour jouer avec toi
Et ne sais-tu pas que c’est seulement toi, eh Jude, tu feras l’affaire
Le mouvement dont tu as besoin est sur tes épaules
=
Eh Jude, ne gâche pas tout
Prends une chanson triste et améliore-la
Souviens-toi de l’accueillir dans ton cœur
Alors tu te mettras à faire
De mieux en mieux en mieux en mieux… oh
Da-da-da-da-da-da da-da-da. Eh, Jude…
=

Leonard Cohen – A thousand kisses deep

Cette chanson a connu bien des mutations. Ceci est la version chantée, qui s’écoute sur YouTube. La version récitée, ou du moins l’une de ces versions récitées, s’entend ici or here.
=

A thousand kisses deep – 2001
(for Sandy)
Au fin fond de mille baisers
(Pour Sandy)
The ponies run, the girls are young
The odds are there to beat
You win a while, and then it’s done
Your little winning streak
And summoned now to deal
With your invincible defeat
You live your life as if it’s real
A thousand kisses deep
=
I’m turning tricks, I’m getting fixed
I’m back on Boogie Street
You lose your grip, and then you slip
Into the Masterpiece
And maybe I had miles to drive
And promises to keep
You ditch it all to stay alive
A thousand kisses deep
=
And sometimes when the night is slow
The wretched and the meek
We gather up our hearts and go
A thousand kisses deep
=
Confined to sex, we pressed against
The limits of the sea
I saw there were no oceans left
For scavengers like me
I made it to the forward deck
I blessed our remnant fleet
And then consented to be wrecked
A thousand kisses deep
=
I’m turning tricks, I’m getting fixed
I’m back on Boogie Street
I guess they won’t exchange the gifts
That you were meant to keep
And quiet is the thought of you
The file on you complete
Except what we forgot to do
A thousand kisses deep
=
And sometimes when the night is slow
The wretched and the meek
We gather up our hearts and go
A thousand kisses deep
=
The ponies run, the girls are young
The odds are there to beat…
=
Les poneys galopent, les filles sont jeunes
La chance est là pour être forcée
D’abord tu gagnes et puis c’est la fin
de ta veine de débutant
Et sommé désormais de gérer
ton inéluctable défaite
tu vis ta vie comme si elle était vraie
au fin fond de mille baisers
=
Je racole, me remets à la coule
je suis de retour dans le moule
Tu perds pied et puis tu glisses
dans le Chef-d’œuvre
Peut-être que j’avais des bornes à faire au volant
et des promesses à tenir
Tu laisses tout tomber pour rester en vie
au fin fond de mille baisers
=
Et parfois quand la nuit est lente
nous les infortunés et les humbles
on rassemble nos cœurs et on s’en va
au fin fond de mille baisers
=
Réduits au sexe on s’est heurtés
aux limites de la mer
J’ai vu qu’il ne restait plus d’océan
pour des détrousseurs comme moi
J’ai réussi à gagner le gaillard d’avant
J’ai béni les restes de notre flotte
et puis consenti à faire naufrage
au fin fond de mille baisers
=
Je fais des coups, on me retape
Je suis de retour aux agapes
Je crois pas qu’ils vont échanger les cadeaux
que tu étais censé conserver
Et paisible est la pensée de toi
Le fichier sur toi est complet
Sauf ce qu’on a oublié de faire
au fin fond de mille baisers
=
Et parfois quand la nuit est lente
nous les infortunés et les humbles
on rassemble nos cœurs et on s’en va
au fin fond de mille baisers
=
Les poneys galopent, les filles sont jeunes
La chance est là pour être forcée…
=

Led Zeppelin – Stairway to Heaven

Filed under: English songs,Others — chansongs @ 12:00 pm
Tags: ,

Cela s’écoute, s’il le faut, sur YouTube.

Stairway to Heaven – 1971 L’escalier du ciel
There’s a lady who’s sure
All that glitters is gold
And she’s buying a stairway to heaven

When she gets there she knows
If the stores are all closed
With a word she can get what she came for

Ooh, ooh, ooh, ooh, ooh
And she’s buying a stairway to heaven

There’s a sign on the wall
But she wants to be sure
‘Cause you know sometimes words have
Two meanings

In a tree by the brook
There’s a songbird who sings
Sometimes all of our thoughts are
Misgiven

Ooh, it makes me wonder (2)

There’s a feeling I get 
When I look to the west
And my spirit is crying
For leaving

In my thoughts I have seen
Rings of smoke through the trees
And the voices of those
Who stand looking

Ooh, it makes me wonder
Ooh, it really makes me wonder

And it’s whispered that soon
If we all call the tune
Then the piper will lead us
to reason 

And a new day will dawn
For those who stand long
And the forests will
Echo with laughter

Oh, whoa, whoa, whoa, whoa, ooh, whoa, oh

If there’s a bustle in your hedgerow
Don’t be alarmed now
It’s just a spring clean
For the May queen

Yes, there are two paths you can go by
But in the long run
There’s still time to change
The road you’re on

And it makes me wonder
Aw, uh, oh 

Your head is humming and it won’t go
In case you don’t know
The piper’s calling you to join him

Dear lady, can you hear the wind blow?
And did you know
Your stairway lies on the whispering wind?

(Solo)

And as we wind on down the road
Our shadows taller than our soul
There walks a lady we all know
Who shines white light and wants to show
How everything still turns to gold

And if you listen very hard
The truth will come to you at last
When all are one and one is all
To be a rock and not to roll

And she’s buying a stairway to heaven…

Il est une dame qui est sûre
que tout ce qui brille est d’or
Et la voici qui achète un escalier qui monte au ciel

Lorsqu’elle y est, elle sait
que même si toutes les boutiques sont fermées
D’un mot elle peut obtenir tout ce qu’elle veut

Oh, oh, oh, oh, oh
Et la voici qui achète un escalier qui monte au ciel

Il y a un signe sur le mur
mais elle veut être sûre
Car, tu sais, parfois les mots
ont un double sens

Dans un arbre au bord du ruisseau
il y a un oiseau chanteur qui trille
Parfois toutes nos pensées sont
endoutées* [*Misgiven n’existe pas non plus.]

Oh, je me pose des questions (2)

Il y a quelque chose que je ressens
Quand je regarde vers l’ouest
Et mon esprit pleure à force
de vouloir partir

Dans mes élucubrations j’ai vu
des ronds de fumée à travers les arbres
Et les voix de ceux
qui se contentent de regarder

Oh, je me pose des questions
Oh oui vraiment je m’interroge

Et il se murmure que bientôt
quand on mènera tous la danse
le joueur de cornemuse nous guidera
vers la raison

Et un nouveau jour poindra
Pour ceux qui tiennent bon
Et les forêts de rires
retentiront

[Ça, je traduis pas.]

Si ça s’agite dans ta haie
Rassure-toi, voyons
ce n’est que le ménage de printemps
Pour la reine de mai

Oui, il y a deux voies que tu peux prendre
Mais en fin de compte
Il est encore temps de changer
La route sur laquelle tu es

Et je me pose des questions
Ah, euh, oh [eh! eh!]

Ta tête bourdonne et ça n’ira pas
Au cas où tu ne saurais pas
Que le joueur de cornemuse
t’appelle pour que tu le rejoignes

Chère madame, entends-tu souffler le vent
Et savais-tu que ton escalier repose
Sur les murmures du vent

(Solo)

Et tandis que le long de la route nous serpentons
Nos ombres plus grandes que notre âme
Marche aussi une dame connue de tous
Qui brille d’une lumière blanche et veut montrer
Comment tout se transforme encore en or

Et si tu écoutes très attentivement
La vérité enfin t’apparaîtra
Quand tous seront un et un sera tous
Pour être un roc et ne point rouler

Et la voici qui achète un escalier qui monte au ciel…

The Rolling Stones – Get off of my cloud

Cela s’écoute sur YouTube.
=

Get off of my cloud – 1965= Dégage de mon nuage
=
I live in an apartment on the ninety-ninth floor of my block
And I sit at home looking out the window
Imagining the world has stopped
Then in flies a guy who’s all dressed up like a Union Jack
And says, I’ve won five pounds if I have his kind of detergent pack
=
=
=
I said, Hey! You! Get off of my cloud
Hey! You! Get off of my cloud
Hey! You! Get off of my cloud
Don’t hang around ’cause two’s a crowd
On my cloud, baby
=
The telephone is ringing
I say, ‘Hi, it’s me. Who is it there on the line?’
A voice says, ‘Hi, hello, how are you?’
‘Well, I guess I’m doin’ fine’
He says, ‘It’s three a.m., there’s too much noise
Don’t you people ever wanna go to bed?
Just ’cause you feel so good, do you have
To drive me out of my head?’
=
I said, Hey! You! Get off of my cloud
Hey! You! Get off of my cloud
Hey! You! Get off of my cloud
Don’t hang around ’cause two’s a crowd
On my cloud baby
=
I was sick and tired, fed up with this
And decided to take a drive downtown
It was so very quiet and peaceful
There was nobody, not a soul around
I laid myself out, I was so tired and I started to dream
In the morning the parking tickets were just like
A flag stuck on my window screen
=
I said, Hey! You! Get off of my cloud
Hey! You! Get off of my cloud
Hey! You! Get off of my cloud
Don’t hang around ’cause two’s a crowd
On my cloud
=
Hey! You! Get off of my cloud
Hey! You! Get off of my cloud
Hey! You! Get off of my cloud
Don’t hang around, baby, two’s a crowd
=
J’habite un appart au quatre-vingt-dix-neuvième étage de mon immeuble
Et je suis chez moi assis et regarde par la fenêtre
Et j’imagine que le monde s’est arrêté
Et puis voici que débarque un gus comme drapé dans l’Union Jack
Et qui dit que j’aurai gagné cinq livres si je prends un paquet de lessive de sa marque
=
J’ai dit Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Traîne pas ici pasqu’à deux c’est la foule
Sur mon nuage, mon vieux
=
Le téléphone sonne
Je dis, « Salut, c’est moi. Qui est à l’appareil ? »
Une voix dit, « Allô, bonjour, comment ça va ? »
« Eh bien, je crois que je vais bien. »
Il dit, « C’est trois heures du mat’, il y a trop de bruit
Z’avez jamais envie d’aller au lit, vous autres ?
Juste pasque vous vous sentez bien, vous devez
Me faire sortir de mes gonds ? »
=
J’ai dit Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Traîne pas ici pasqu’à deux c’est la foule
Sur mon nuage, mon vieux
=
J’en avais ras le bol, marre de tout ça
Et j’ai décidé d’aller faire un tour en ville en voiture
C’était tellement calme et tranquille
Il n’y avait personne, pas une âme alentour
Je me suis étendu, j’étais vanné, et je me suis mis à rêver
Au matin, les tickets de parking étaient vraiment
Comme un drapeau collé à mon pare-brise
=
J’ai dit Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Traîne pas ici pasqu’à deux c’est la foule
Sur mon nuage
=
J’ai dit Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Eh ! Toi ! Dégage de mon nuage
Traîne pas ici, vieux, deux c’est la foule
=
Next Page »

Create a free website or blog at WordPress.com.