CHANSONGS

21/07/2015

Renaud – Mistrals gagnants

Filed under: French songs — marcel barang @ 10:04 am
Tags: , ,

Cela s’écoute sur YouTube.

Mistrals gagnants – 1985
=
Mistral Gagnant
=
A m’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder les gens tant qu’y en a
Te parler du bon temps qu’est mort ou qui r’viendra
En serrant dans ma main tes p’tits doigts
Puis donner à bouffer à des pigeons idiots
Leur filer des coups d’pied pour de faux
Et entendre ton rire qui lézarde les murs
Qui sait surtout guérir mes blessures
Te raconter un peu comment j’étais minot
Les Bonbec fabuleux qu’on piquait chez l’marchand
Carensac et Mintos, caramels à un franc
Et les Mistrals gagnants
=
A remarcher sous la pluie cinq minutes avec toi
Et regarder la vie tant qu’y en a
Te raconter la Terre en te bouffant des yeux
Te parler de ta mère un p’tit peu
Et sauter dans les flaques pour la faire râler
Bousiller nos godasses et s’marrer
Et entendre ton rire comme on entend la mer
S’arrêter, r’partir en arrière
Te raconter surtout les carambars d’antan et les Cocos boers
Et les vrais roudoudous qui nous coupaient les lèvres
Et nous niquaient les dents
Et les mistrals gagnants
=
A m’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder le soleil qui s’en va
Te parler du bon temps qu’est mort et je m’en fous
Te dire que les méchants c’est pas nous
Que si moi je suis barge, ce n’est que de tes yeux
Car ils ont l’avantage d’être deux
Et entendre ton rire s’envoler aussi haut
Que s’envolent les cris des oiseaux
Te raconter enfin qu’il faut aimer la vie
Et l’aimer même si le temps est assassin
Et emporte avec lui les rires des enfants
Et les mistrals gagnants
Et les mistrals gagnants
To sit on a bench a few minutes with you
And look at folks as many as there are
Telling you of good times now dead or yet to be
While squeezing in my hand your li’l fingers
And then feeding silly pigeons
Pretending to kick them
And hearing your wall-cracking laughter
That above all knows how to heal my wounds
Giving you an inkling of what kinda kid I was
Those fabulous Bonbec we nicked at the shopkeeper’s
Carensac and Mintos, toffee one franc a piece
And the Mistral Gagnant

=
To yet again walk in the rain a few minutes with you
And look at life as much as there is
Telling you of the Earth while devouring you with my eyes
Telling you of your mum tentatively
While jumping in puddles to get her annoyed
Ruining our shoes and having a good laugh
And hearing your laughter as one does breakers
Stopping then setting off again in reverse
Telling you above all of the Carambar of yore and of the Coco Boer
And those genuine Roudoudou that chapped our lips
And screwed our teeth
And the Mistral Gagnant
=
To sit on a bench a few minutes with you
And look at the parting sun
Telling you of good times that are dead and I don’t care | Telling you that we aren’t the bad guys
That if I am crazy it’s only about your eyes
For having the advantage of being twins
And listening to your laughter that goes as high
As bird cries pitch
And finally telling you that we must love life
And love it even if time is an assassin
That takes away with him children’s laughs
And the Mistral Gagnant
And the Mistral Gagnant
Advertisements

20/07/2015

Renaud – Dans mon HLM

Filed under: French songs — marcel barang @ 5:12 pm
Tags: , ,

Cela s’écoute sur YouTube.

Dans mon HLM – 1980
=
In my council flat
=
Au rez-d’chaussée dans mon HLM
Y a une espèce de barbouze
Qui surveille les entrées
Qui tire sur tout c’qui bouge
Surtout si c’est bronzé
Passe ses nuits dans les caves
Avec son Beretta
Traque les mômes qui chouravent
Le pinard aux bourgeois
Y s’recrée l’Indochine
Dans sa p’tite vie d’peigne cul
Sa femme sort pas d’la cuisine
Sinon y cogne dessus
Il est tellement givré
Que même dans la Légion
Z’ont fini par le j’ter
C’est vous dire s’il est con
=
Putain c’qu’il est blême, mon HLM
Et la môme du huitième, le hash, elle aime
=
Au premier dans mon HLM
Y a l’jeune cadre dynamique
Costard en alpaga
C’ui qu’a payé vingt briques
Son deux pièces plus loggia
Il en a chié vingt ans
Pour en arriver là
Maintenant il est content
Mais y parle de s’casser
Toute façon, y peut pas
Y lui reste à payer
Le lave-vaisselle, la télé
Et la sciure pour ses chats
Parc’que naturellement
Ce bon contribuable centriste
Il aime pas les enfants
C’est vous dire s’il est triste
=
Putain c’qu’il est blême, mon HLM
Et la môme du huitième, le hash, elle aime
=
Au deuxième dans mon HLM
Y a une bande d’allumés
Qui vivent à six ou huit
Dans soixante mètres carrés
Y a tout l’temps d’la musique
Des anciens d’soixante-huit
Y’en a un qu’est chômeur
Y’en a un qu’est instit’
Y’en a une, c’est ma sœur
Y vivent comme ça, relax
Y a des mat’lats par terre
Les voisins sont furax
Y font un boucan d’enfer
Y payent jamais leur loyer
Quand les huissiers déboulent
Y écrivent à Libé
C’est vous dire s’ils sont cool
=
Putain, c’ qu’il est blême, mon HLM
Et la môme du huitième, le hash, elle aime
=
Au troisième dans mon HLM
Y a l’espèce de connasse
Celle qui bosse dans la pub’
L’hiver à Avoriaz
Le mois d’juillet au Club
Comme toutes les décolorées
Elle a sa Mini-Cooper
Elle allume tout l’quartier
Quand elle sort son cocker
Aux manifs de gonzesses
Elle est au premier rang
Mais elle veut pas d’enfants
Parc’ que ça fait vieillir
Ça ramollit les fesses
Et pi ça fout des rides
Elle l’a lu dans L’Express
C’est vous dire si elle lit
=
Putain c’qu’il est blême, mon HLM
Et la môme du huitième, le hash, elle aime
=
Au quatrième, dans mon HLM
Y a celui qu’ les voisins
Appellent « le communiste »
Même qu’ça lui plaît pas bien
Y dit qu’il est trotskiste
J’ai jamais bien pigé
La différence profonde
Y pourrait m’expliquer
Mais ça prendrait des plombes
Depuis sa pétition
Y a trois ans pour l’Chili
Tout l’immeuble le soupçonne
A chaque nouveau graffiti
N’empêche que « Mort aux cons »
Dans la cage d’escalier
C’est moi qui l’ai marqué
C’est vous dire si j’ai raison
=
Putain c’qu’il est blême, mon HLM
Et la môme du huitième, le hash, elle aime
=
Pi y a aussi, dans mon HLM
Un nouveau romantique
Un ancien combattant
Un loubard, et un flic
Qui s’balade en survêtement
Y fait chaque jour son jogging
Avec son berger all’mand
De la cave au parking
C’est vachement enrichissant
Quand j’en ai marre d’ces braves gens
J’fais un saut au huitième
Pour construire un moment
’vec ma copine Germaine
Un monde rempli d’enfants
Et quand l’jour se lève
On s’quitte en y croyant
C’est vous dire si on rêve
=
Putain c’qu’il est blême, mon HLM
Et la môme du huitième, le hash, elle aime
On the ground floor of my council flat
There’s some sort of spook
Who keeps the entrances under watch
And shoots at anything that moves
Especially if it’s dark-skinned
Spends his nights in the cellars
Beretta in hand
Stalking the kids that siphon
Wine off the bourgeois
He’s rewinding Indochina
In his tight arsehole of a life
His wife can’t leave the kitchen
Coz when she does he beats her up
He’s so fucking crazy
Even the Foreign Legion
Ended up chucking him out
Which tells you what a moron he is
=
Fuck, man, my council flat’s so bleak
And it’s flat counselling the gal on the eighth floor needs
=
On the first floor of my council flat
There’s the young dynamic yuppie
He of the alpaca suits
Who forked out twenty million
For a two-room flat with loggia
He’s gone twenty years through the grind
To achieve this much
Now he’s happy
Yet says he’ll soon be off
Though he can’t anyway
As he still has to pay
For his dishwasher, his telly
And the sawdust for his cats
Coz of course
This nice centrist taxpayer
Doesn’t like children
Which tells you what a sad case he is
=
Fuck, man, my council flat’s so bleak
And it’s flat counselling the gal on the eighth floor needs
=
On the second floor in my council flat
There’s a tribe of six to eight weirdos
Who live in sixty square metres
There’s music all the time
They’re May 68 vets
One’s unemployed
One’s a teacher
And one’s my sister
They live just so, laidback
Mattresses on the floor
And the neighbours are hopping mad
They make a hell of a racket
Never pay the rent
When court bailiffs show up
They write letters to Libération
Which tells you how cool they are
=
=
Fuck, man, my council flat’s so bleak
And it’s flat counselling the gal on the eighth floor needs
=
On the third floor of my council flat
There’s this bloody cunt
That works in advertising
Winters in Avoriaz
Summers at Club Med
Like all brainless blondes
She’s got a Mini Cooper
She turns the neighbourhood on
When she’s out walking her spaniel
In fem dems
She’s always at the forefront
But she doesn’t want children
Coz they make you age prematurely
Give you saggy buttocks
And wrinkle your face
She got that from L’Express
Which tells you how much she reads
=
Fuck, man, my council flat’s so bleak
And it’s flat counselling the gal on the eighth floor needs
=
On the fourth floor of my council flat
There’s the one his neighbours
Call the Communist
Well, he isn’t too happy about it
Says he’s a Trotskyite
I’ve never really understood
The basic difference
He could explain it to me
But it’d take hours
Since his petition
Three years ago for Chile
All tenants suspect him
At each new graffito
For all that ‘Death to morons’
In the stairwell
T’was I tagged it
Which tells you how right I am
=
Fuck, man, my council flat’s so bleak
And it’s flat counselling the gal on the eighth floor needs
=
And then there’s in my council flat
A new romantic
A war veteran
A hoodlum, and a cop
Who wanders in a tracksuit
He does his jogging every day
With his German shepherd dog
From basement to parking lot
Damn rewarding, that
When I’m tired of those nice people
I go up to the eighth floor
To build for a while
With my girlfriend Germaine
A world full of children
And at the break of day we part
Convinced that we have
Which tells you how much we dream
=
Fuck, man, my council flat’s so bleak
And it’s flat counselling the gal on the eighth floor needs

Blog at WordPress.com.