CHANSONGS

01/01/2015

Bob Dylan – Rainy day women No. 12 & 35

Filed under: Bob Dylan,English songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , , ,

Cela s’écoute sur YouTube, Bob Dylan en concert au Texas vingt ans après.
=

Rainy day women No. 12 & 35 – 1966
=
Femmes des jours de pluie Numéros 12 et 35
=
Well, they’ll stone you when you’re trying to be so good
They’ll stone you just like they said they would
They’ll stone you when you’re trying to go home
Then they’ll stone you when you’re there all alone
But I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
Well, they’ll stone you when you’re walking on the street
They’ll stone you when you’re trying to keep your seat
They’ll stone you when you’re walking on the floor
They’ll stone you when you’re walking through the door
But I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
They’ll stone you when you’re at the breakfast table
They’ll stone you when you are young and able
They’ll stone you when you’re trying to make a buck
They’ll stone you and then they’ll say, ‘Good luck’
Tell you what, I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
Well, they’ll stone you and say that it’s the end
Then they’ll stone you and then they’ll come back again
They’ll stone you when you’re riding in your car
They’ll stone you when you’re playing your guitar
Yes, but I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
Well, they’ll stone you when you are all alone
They’ll stone you when you are walking home
They’ll stone you and then say they are brave
They’ll stone you when you’re set down in your grave
But I would not feel so alone
Everybody must get stoned
=
Tu sais, elles te défonceront alors que t’essaies d’être parfait
Elles te défonceront comme elles disaient qu’elles le feraient
Elles te défonceront quand t’essaies de rentrer chez toi
Et puis elles te défonceront quand tu y es tout seul
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Tu sais, elles te défonceront alors que tu marches dans la rue
Elles te défonceront alors que t’essaies de garder ta place
Elles te défonceront quand tu marches dans la maison
Et puis elles te défonceront quand tu passes la porte
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Elles te défonceront pendant que tu prends le petit-déjeuner
Elles te défonceront alors que t’es jeune et capable
Elles te défonceront alors que t’essaies de te faire des ronds
Elles te défonceront et puis elles te diront Bonne chance
Laisse-moi te dire, moi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Tu sais, elles te défonceront et diront que c’est fini
Puis elles te défonceront et après elles reviendront
Elles te défonceront alors que tu es au volant
Elles te défonceront alors que tu joues de la guitare
Ouais, mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Tu sais, elles te défonceront même quand t’es tout seul
Elles te défonceront alors que tu rentres chez toi
Elles te défonceront et après elles diront qu’elles sont courageuses
Elles te défonceront quand on te mettra dans la tombe
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Advertisements

Françoise Hardy – Soleil

Cela s’écoute sur YouTube.

Soleil – 1970

Sun

Et c’était lui le soleil
qui faisait nos réveils
chaque matin
et la mer était belle
et nous courrions vers elle
main dans la main

Et puis nous marchions sur la plage
tu cherchais des coquillages
comme un enfant
les mettant à ton oreille
pour entendre, je me rappelle
l’océan dedans

[Refrain]
Soleil je t’aime
et pour toujours
tu es fidèle
mais l’amour
n’est pas souvent comme toi
pourquoi ?

Tu avais toujours si faim
les fruits mûrs et le vin
étaient pour toi
Tu me grondais quelques fois
lorsque je ne mangeais pas
ce n’était rien

Et l’eau s’allongeait sur le sable
nos rêves étaient semblables
je me souviens
nous parlions de la maison
des enfants que nous aurions
et nous étions bien

(Refrain)

Et c’est toujours lui le soleil
qui fera mes réveils
chaque matin
Soleil d’hiver ou d’été
il voit les amours passer
et les chagrins

Combien faudra-t-il de plages
combien d’autres visages
pour, comme toi
oublier la maison
et l’enfant aux cheveux blonds
que nous n’aurons pas ?

(Refrain, deux fois)

And it was the sun
that woke us both up
every morning
And the sea was beautiful
and we’d run to it
hand in hand

And then we’d walk along the beach
you looking for seashells
like a child
putting them to your ear
to hear – I still recall –
the ocean within

[Chorus]
Sun, I love you
and you are
loyal forever
but love
isn’t often like you
why not?

You were always so hungry
The ripe fruits and the wine
were for you
You’d sometimes scold me
for not eating
It was nothing

And the water gained over the sand
our dreams were the same
I do remember
We’d talk about the house
the children we’d have
and we felt great

(Chorus)

And it’s still the sun
that’ll wake me up
every morning
Winter sun or summer sun
he sees the loves passing
and the heartaches

How many beaches will it take
how many other faces
so that I, like you
can forget the house
and the blond child
we will not have?

(Chorus, twice)

Georges Moustaki – Le métèque

Filed under: Autres,French songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , ,

This was the emblematic song of Egyptian-French singer-songwriter of Italo-Greek origin Georges Moustaki (1934-2013).
In tribute. Listen to it on YouTube.

Le métèque – 1969
=
The wog
=
Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Avec mes yeux tout délavés
Qui me donnent l’air de rêver
Moi qui ne rêve plus souvent

Avec mes mains de maraudeur
De musicien et de rôdeur
Qui ont pillé tant de jardins
Avec ma bouche qui a bu
Qui a embrassé et mordu
Sans jamais assouvir sa faim

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
De voleur et de vagabond
Avec ma peau qui s’est frottée
Au soleil de tous les étés
Et tout ce qui portait jupon

Avec mon cœur qui a su faire
Souffrir autant qu’il a souffert
Sans pour cela faire d’histoires
Avec mon âme qui n’a plus
La moindre chance de salut
Pour éviter le purgatoire

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Je viendrai, ma douce captive
Mon âme sœur, ma source vive
Je viendrai boire tes vingt ans

Et je serai prince du sang
Rêveur ou bien adolescent
Comme il te plaira de choisir
Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d’amour
Que nous vivrons à en mourir

Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d’amour
Que nous vivrons à en mourir

With my mug of bloody wog
Wandering Jew or Greek shepherd
And my hair to the four winds
With my eyes all washed-out
That give me the look of a dreamer
I who don’t often dream any longer

With my hands of a petty thief
Of a musician and of a prowler
That have pilfered from so many gardens
With my mouth which has drunk
Which has kissed and which has bitten
Without ever satisfying its hunger

With my mug of bloody wog
Wandering Jew or Greek shepherd
Of a thief and a vagrant
With my skin which has taken on
The sun of all the summers
And rubbed against every petticoat within reach

With my heart which has known how to
Make suffer as much as it has suffered
Without making a fuss for all that
With my soul which no longer has
The slightest chance of salvation
To avoid purgatory

With my mug of bloody wog
Wandering Jew or Greek shepherd
And my hair to the four winds
I’ll come, my sweet captive
My soul mate, my living spring
I’ll come and drink of your youth

And I’ll become a royal prince
A dreamer or else a teenager
Just as you like to choose
And we will make of every day
The whole of an eternity of love
Which we will live to the utmost

And we will make of every day
The whole of an eternity of love
Which we will live to the utmost

The Beatles – Hey Jude

The tricky part of this song is the use of ‘it’ and ‘her’, elle in both cases in French.
‘It’ refers to ‘a sad song’ but also to life in general, or the mood, while ‘her’ seems to refer
to a woman, a new love. So much for the legend of Paul McCartney writing the song
‘to comfort John Lennon’s son Julian during his parents’ divorce’. Anyway, listen to it here.

=

Hey Jude – 1968
=
Eh Jude=
Hey Jude, don’t make it bad
Take a sad song and make it better
Remember to let her into your heart
Then you can start to make it better
=
Hey Jude, don’t be afraid
You were made to go out and get her
The minute you let her under your skin
Then you begin to make it better
=
And anytime you feel the pain, hey Jude, refrain
Don’t carry the world upon your shoulders
For well you know that it’s a fool who plays it cool
By making his world a little colder
=
Hey Jude, don’t let me down
You have found her, now go and get her
Remember to let her into your heart
Then you can start to make it better
=
So let it out and let it in, hey Jude, begin
You’re waiting for someone to perform with
And don’t you know that it’s just you, Hey Jude, you’ll do
The movement you need is on your shoulders
=
Hey Jude, don’t make it bad
Take a sad song and make it better
Remember to let her under your skin
Then you’ll begin to make it
Better better better better better better oh
Da da da da da da, da da da. Hey Jude…
=
Eh Jude, ne gâche pas tout
Prends une chanson triste et améliore-la
Souviens-toi de l’accueillir dans ton cœur
Alors tu pourras commencer à faire pour le mieux
=
Eh Jude, n’aie pas peur
Tu es né pour la faire tienne
Dès que tu l’auras dans la peau
Alors tu te mettras à faire pour le mieux
=
Et chaque fois que tu as mal, eh Jude, abstiens-toi
Ne porte pas le monde sur tes épaules
Car tu sais bien que seul un idiot garde son calme
En refroidissant son monde un peu plus
=
Eh Jude, ne me laisse pas tomber
Tu l’as trouvée, alors va la chercher
Souviens-toi de l’accueillir dans ton cœur
Alors tu pourras commencer à faire pour le mieux
=
Aussi, défoule-toi et laisse passer, eh Jude, vas-y
Tu attends quelqu’un pour jouer avec toi
Et ne sais-tu pas que c’est seulement toi, eh Jude, tu feras l’affaire
Le mouvement dont tu as besoin est sur tes épaules
=
Eh Jude, ne gâche pas tout
Prends une chanson triste et améliore-la
Souviens-toi de l’accueillir dans ton cœur
Alors tu te mettras à faire
De mieux en mieux en mieux en mieux… oh
Da-da-da-da-da-da da-da-da. Eh, Jude…
=

Jynkz – We Don’t Want Your War

Filed under: English songs,Others — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , , ,

Cela s’écoute sur YouTube.

We Don’t Want Your War – 2003

On n’en veut pas de votre guerre

When you can’t believe a word they say
And you’re haunted by the swords they raise
Like a rabid dog we’ve seen before
They refuse to hear the world pounding
pounding down their door

We don’t want your war
Let’s all yell a little louder now
We don’t want your war
All stand together tall

We don’t want your war
But you keep telling us, you keep telling us we do
The king has no clothes so he leads by fear
We must challenge all the lies we hear
The devil’s bombs have an oily smell
Frames a legacy with infamy and he burns it
he burns it into hell

We don’t want your war
Let’s all yell a little louder now
We don’t want your war
All stand together tall
We don’t want your war
But you keep telling us, you keep telling us we do

Try to turn us into lemmings
with their magic on TV
Leaking military secrets is one of their specialties
To reporters hanging on their words
like schoolgirls in love
They’ve got the scoop, but we’re no closer to the truth

If we raise our flag on a million graves
Will we all be proud or will we be ashamed
Of our leadership, greedy and arrogant
And we’ll all be judged by the choices
the choices that we made

We don’t want your war
Let’s all sing a little louder now
We don’t want your war
All stand together tall

We don’t want your war
But you keep telling us we do
We don’t want your war
All stand together and yell
We don’t want your war
All stand together tall
We don’t want your war
So stop telling us … stop telling us we do

Quand on ne peut pas croire un mot de ce qu’ils disent
Et qu’on est hanté par les épées qu’ils brandissent
Comme un chien enragé qu’on a déjà vu
Ils refusent d’entendre le monde qui martèle
martèle à leur porte

On n’en veut pas de votre guerre
Crions-le tous ensemble un peu plus fort
On n’en veut pas de votre guerre
Soyons tous ensemble résolus

On n’en veut pas de votre guerre
Mais vous n’arrêtez pas de nous dire, de nous dire que si
Le roi est nu, alors il règne par la peur
On doit dénoncer tous les mensonges qu’on entend
Les bombes du diable ça sent le pétrole
Bafouant un héritage par l’infamie et il le brûle
il le brûle jusqu’en enfer

On ne veut pas de votre guerre
Crions-le tous ensemble un peu plus fort
On n’en veut pas de votre guerre
Soyons tous ensemble résolus
On n’en veut pas de votre guerre
Mais vous n’arrêtez pas de nous dire, de nous dire que si

Ils essaient de faire de nous des lemmings
avec leur magie à la télé
Divulguer des secrets militaires est une de leurs spécialités
À des journalistes suspendus à leurs lèvres
comme des écolières amoureuses
Ils ont le scoop, mais on n’est pas plus proche de la vérité

Si on dresse notre drapeau sur des millions de tombes
Est-ce qu’on en sera tous fiers ou est-ce qu’on aura honte
De nos dirigeants, avides et arrogants
Et on sera tous jugés par les choix
les choix qu’on a faits

On ne veut pas de votre guerre
Crions-le tous ensemble un peu plus fort
On n’en veut pas de votre guerre
Soyons tous ensemble résolus

On n’en veut pas de votre guerre
Mais vous n’arrêtez pas de nous dire que si
On ne veut pas de votre guerre
Crions-le tous ensemble un peu plus fort
On n’en veut pas de votre guerre
Soyons tous ensemble résolus
On ne veut pas de votre guerre
Alors arrêtez de nous dire – arrêtez de nous dire que si

Stromae – Papaoutai

Filed under: Autres,French songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , ,

Cela s’écoute sur YouTube.

Papaoutai – 2013

WhereRUdad

Dites-moi d’où il vient
Enfin je saurais où je vais
Maman dit que lorsqu’on cherche bien
On finit toujours par trouver

Elle dit qu’il n’est jamais très loin
Qu’il part très souvent travailler
Maman dit travailler c’est bien
Bien mieux qu’être mal accompagné
Pas vrai?

Où est ton papa?
Dis-moi où est ton papa !
Sans même devoir lui parler
Il sait ce qui ne va pas
Hein, sacré papa !
Dis-moi où es-tu caché ?
Ça doit faire au moins mille fois que j’ai
Compté mes doigts
Hé!

Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Où t’es où papa ? Où t’es ?

Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Où t’es où papa ? Où t’es ?

Quoi, qu’on y croit ou pas
Y aura bien un jour où on n’y croira plus
Un jour ou l’autre on sera tous papa
Et d’un jour à l’autre on aura disparu

Serons-nous détestables?
Serons-nous admirables?
Des géniteurs ou des génies?
Dites-nous qui donne
Naissance aux irresponsables

Ah, dites-nous qui, tiens
Tout le monde sait
Comment on fait des bébés
Mais personne sait
Comment on fait des papas
Monsieur Je-sais-tout
en aurait hérité, c’est ça ?

Faut sucer son pouce ou quoi ?
Dites-nous où c’est caché
Ça doit faire au moins mille fois qu’on a
bouffé nos doigts
Hé!

Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Où t’es où papa ? Où t’es ?

Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Où t’es où papa ? Où t’es ?

Où est ton papa?
Dis-moi où est ton papa
Sans même devoir lui parler
Il sait ce qui ne va pas
Hein, sacré papa!
Dis-moi, où es-tu caché
Ça doit faire au moins mille fois que j’ai
Compté mes doigts
Hé!

Où est ton papa?
Dis-moi où est ton papa
Sans même devoir lui parler
Il sait ce qui ne va pas
Hein, sacré papa
Dis-moi, où es-tu caché?
Ça doit faire au moins mille fois que j’ai
Compté mes doigts
Hé!

Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Où t’es où papa ? Où t’es ?

Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Papa, où t’es ?
Où t’es ? Où t’es où papa ? Où t’es ?

Tell me where he’s from
I’d know at last where I’m going
Mum says when we look real hard
we always end up finding it

She says he’s never very far away
He often heads off to work
Mum says working’s good
Better than keeping poor company
what?

Where’s your dad?
Tell me where your dad is
Without even having to tell him
He knows what’s bothering you
Right, dad, you old rascal?
Tell me where you’re hiding
I must have counted at least
A thousand times my fingers to ten
Hey

Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you, where are you where dad where?

Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you, where are you where dad where?

Well, believe it or not
There’ll come a day we’ll believe it no more
One day or the other we’ll all be dads
And from one day to the next we’ll be gone

Will we be loathsome?
Will we be awesome?
Progenitors or geniuses?
Tell us who gives
Birth to nincompoops

Ah, tell us who – hey
everybody knows
how to make babies
but no one knows
how to make daddies
The smart aleck
is privy to it, you think?

Must we suck our thumbs or what?
Tell us where he’s hidden
Must have chewed our fingers
Ten thousand times at least
Hey!

Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you, where are you where dad where?

Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you, where are you where dad where?

Where’s your dad?
Tell me where your dad is
Without even talking to him
He knows what’s hurting you
Isn’t that right, my good old dad
Tell me where are you hiding
I must have counted at least
A thousand times my fingers to ten
Hey!

Where’s your dad?
Tell me where your dad is
Without even talking to him
He knows what’s hurting you
Isn’t that right, my good old dad
Tell me where are you hiding
I must have counted at least
A thousand times my fingers to ten
Hey!

Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you, where are you where dad where?

Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you dad, where are you?
Where are you, where are you where dad where?

‘Papaoutai’ spelt like this makes one think of ‘empapaouter’, a colloquial verb of southern France
meaning to swindle, rip off, con. I understand Stromae is the stage name of a Belgium lad named Paul Van Haver
who may or may not have had this sense in mind.

Grand Corps Malade – Funambule

Filed under: Autres,French songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , ,

Cela s’écoute sur YouTube.

Funambule – 2013

Tightrope walker

A chaque époque on se cherche un peu
et on s’demande si on s’connaît
On est nous-mêmes, on fait ce qu’on peut
on changera pas, c’est c’qu’on s’promet

Entre bitume et tapis rouge
j’ai slalomé de part en part
J’côtoie la dèche et l’opulence
j’apprends à faire le grand écart

La vie propose tellement de thèmes
Parfois je fonce, parfois je freine
J’vois les deux côtés du système
pourtant j’me sens pas schizophrène

J’essaie de pas trop faire d’erreurs
et dans mes choix je me sens libre
Je prends c’truc du fond du cœur
tout est une question d’équilibre

C’est pour ce besoin d’équilibre
que j’ai dû prendre un peu de risques
Après un mauvais coup du sort
ma vie partait pour être triste

Écarté des terrains de sport
comme un sursaut j’ai compensé
J’avais besoin d’un autre support
dans l’écriture j’me suis lancé

C’est pour ce besoin d’équilibre
qu’il me fallait de l’aventure
Toute mon histoire se refermait
fallait trouver une ouverture

J’ai touché l’accélérateur
pour retrouver des sensations
Car quand je marche à deux à l’heure
il m’fallait une compensation

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un funambule… J’avance loin des certitudes

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un… Les pieds sur terre

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un funambule L’air dans ma bulle

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un… Je suis un funambule

Alors j’ai croisé le show-biz
j’ai vu le royaume des egos
Qui pourra faire le plus d’entrées
Qui provoquera le plus d’écho

J’ne cracherai pas dans la soupe
là où je suis je me sens bien
Mais pour garder mon équilibre
je n’oublierai pas d’où je viens

C’est pour ce besoin d’équilibre
que je garde un peu de hors-piste
Car j’aime aussi la vie d’humain
quand s’interrompt la vie d’artiste

Entre la lumière de la lune et celle des spots
maintenant je sais
Que j’ai ma place à l’Olympia
mais aussi dans les M.J.C.

Je prends du recul, je prends des gants
quand j’vois le strass et les paillettes
Les gentils se sentent importants
moi ils me stressent, ils sont pas nets

J’ne cracherai pas dans la soupe
j’ai rencontré des gens très bien
Mais j’me reconnaîtrai toujours plus
dans ceux qui viennent là d’où je viens

C’est pour ce besoin d’équilibre
qu’on a joué dans des cathédrales
Et après, yeux dans les yeux
avec un public carcéral

C’est pour ce besoin d’équilibre
que tous mes sentiments se touchent
Quand je vois le public se lever
je pense à mon fils qui se couche

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un funambule… J’avance loin des certitudes

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un… Je suis un funambule

Si j’aime la nuit, c’est grâce au jour
et j’aime le jour grâce à la nuit
J’aime être tout seul grâce à la foule
et grâce au silence j’aime le bruit

Besoin d’tout ça pour que ça vibre
j’veux me sentir fort et avoir peur
Tout est une question d’équilibre
je prends c’truc du fond du cœur

Si dans une vie ça part en vrille
c’est qu’l’équilibre a vrillé
Pour le garder c’est capital
de pas dormir sur ses lauriers

Alors je reste vigilant
quitte à recréer du désordre
Entre le glacé et le brûlant
j’aime la douceur, j’aime que ça morde

L’équilibre est dans la nature
j’invente rien, ça va sans dire
Il faut d’la pluie et du soleil
pour que la fleur puisse s’épanouir

Faut l’exception dans la règle
pour que la vie ait plus de goût
Il faut d’la force et de l’adresse
pour que l’enfant se mette debout

J’mets d’la lumière pour voir l’avenir
mais parfois j’aime autant l’éteindre
Dans la vie on se fout de l’objectif
c’qui compte c’est la route pour l’atteindre

Alors j’avance sur un fil
parmi les chemins qui s’éparpillent
En équilibre malhabile
je suis un funambule à béquilles

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un funambule… J’avance loin des certitudes

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un…  Les pieds sur terre

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un funambule… L’air dans ma bulle

Je suis un funambule, j’avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l’air dans ma bulle
L’équilibre est une attitude
Je suis un… Je suis un funambule

In each age we seek ourselves a bit
and ask ourselves if we know who we are
We are what we are, we do what we can
we won’t change, that’s what we promise ourselves

Between pavement and red carpet
I’ve been sliding back and forth
elbowing dearth and surfeit
learning to do the splits

Life suggests so many themes
Sometimes I dash, sometimes I brake
I see both sides of the system
yet I don’t feel schizophrenic

I try not to make too many mistakes
and feel free to make my own choices
I believe deeply that
it’s all a matter of balance

It’s out of this need of balance
that I’ve had to take a few risks
After a stroke of bad luck
my life was likely to be sad

Cast away from the playing fields
with a start I compensated
I needed another support
I went headlong into writing

It’s out of this need of balance
that I was looking for adventure
All my history was closing down
I needed to find a way out

So I put my foot down
to feel again some sensations
Since I walk a mile an hour
I had to find some compensation

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a tightrope walker … I progress far from certainties

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a … feet on the ground

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a tightrope walker … nose in my bubble

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a … I’m a tightrope walker

And then I came upon show-biz
I saw the realm of egotists
Who will sell the most tickets
Who will trigger the most gossip

I won’t bite the hand that feeds me
I feel good right where I am
but to keep my balance
I won’t forget where I come from

It’s out of this need of balance
that I keep a few things off-track
As I also like human life
once artistic life stops

Between the light of the moon and the spotlights’
now I know
That I deserve a place at the Olympia
but also in the MJCs

I stand back and handle things with kid gloves
when I see the sparkle and sequins
The kindly souls feel important
yet they put me on edge, they aren’t kosher

I won’t bite the hand
I’ve met truly good people
But I’ll always feel more akin
to those that hail from where I’m from

It’s out of this need of balance
that we used to play in cathedrals
And afterwards face to face
to jailbird crowds

It’s out of this need of balance
that all my feelings interconnect
When I see the audience stand up
I think of my son going to bed

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a tightrope walker … I progress far from certainties

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a … I’m a tightrope walker

If I like the night, it’s thanks to the day
and I like the day thanks to the night
I like being all alone thanks to the crowd
and thanks to silence I like noise

Need all of that to feel the tingle
I want to feel strong and feel fear
It’s all a matter of balance
I believe this from the bottom of my heart

If in life things get twisted
it’s because balance is in a tailspin
To keep it it’s essential
not to sit on one’s laurels

So I stay vigilant
to the risk of further disorder
Between the ice and the fire
I like mildness, I like it to bite

Balance is in nature
I’m not making it up, it goes without saying
A flower needs both rain and sun
in order to blossom

It takes breaking the rules
for life to have spice
It takes strength and skill
for a child to stand upright

I turn on the light to see the future
but sometimes I like to turn it off too
In life we don’t care about the goal
what matters is the way to reach it

So I proceed on a string
among the paths spread before me
In clumsy balance
I’m a tightrope walker on crutches

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a tightrope walker … I progress far from certainties

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a … feet on the ground

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a tightrope walker … nose in my bubble

I’m a tightrope walker, I progress far from certainties
Feet on the ground, nose in my bubble
Balance is an attitude
I’m a … I’m a tightrope walker

The Rolling Stones – Angie

Cela s’écoute sur YouTube.

Angie – 1973
=
Angie
=
Oh, Angie, oh, Angie, when will those dark clouds disappear
=
Angie, Angie, where will it lead us from here
With no loving in our souls
And no money in our coats
You can’t say we’re satisfied
But Angie, Angie, you can’t say we never tried
=
Angie, you’re beautiful,
But ain’t it time we said goodbye
Angie, I still love you,
Remember all those nights we cried
=
All the dreams we held so close
Seemed to all go up in smoke
Let me whisper in your ear
Angie, Angie, where will it lead us from here
Oh, Angie, don’t you weep
All your kisses still taste sweet
I hate that sadness in your eyes
But Angie, Angie, ain’t it time we said goodbye
=
With no loving in our souls
And no money in our coats
You can’t say we’re satisfied
But Angie, I still love you, baby
Everywhere I look I see your eyes
There ain’t a woman that comes close to you
Come on, baby, dry your eyes
=
But Angie, Angie, ain’t it good to be alive
Angie, Angie, they can’t say we never tried
=
Oh, Angie, oh, Angie, quand est-ce que ces nuages sombres disparaîtront
Angie, Angie, où cela va-t-il nous mener
Sans amour dans nos âmes
Ni d’argent dans nos poches
Tu peux pas dire qu’on est satisfaits
Mais, Angie, Angie, tu peux pas dire qu’on n’a jamais essayé
=
Angie, tu es belle
Mais n’est-il pas temps de nous dire adieu
Angie, je t’aime toujours
Souviens-toi de toutes ces nuits où nous avons pleuré
=
Tous les rêves auxquels on tenait
Semblaient tous partir en fumée
Laisse-moi te chuchoter à l’oreille
Angie, Angie, où cela va-t-il nous mener
Oh, Angie, faut pas pleurer
Tes baisers sont toujours aussi doux
Je hais cette tristesse dans tes yeux
Mais, Angie, Angie, n’est-il pas temps de nous dire adieu
=
Sans amour dans nos âmes
Ni de fric dans nos poches
Tu peux pas dire qu’on est satisfaits
Mais, Angie, je t’aime toujours, bébé
Partout où je regarde je vois tes yeux
Pas une femme ne t’arrive à la cheville
Allons, bébé, sèche tes larmes
=
Mais, Angie, Angie, n’est-ce pas merveilleux d’être en vie
Angie, Angie, personne peut dire qu’on n’a pas essayé
=

Bob Dylan – Like a rolling stone

Filed under: Bob Dylan,English songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , ,

Cela s’écoute sur YouTube dans une version sur scène en 1966.
=

Like a rolling stone – 1965
=
Comme pierre qui roule
=
Once upon a time you dressed so fine
You threw the bums a dime in your prime, didn’t you?
People’d call, say, “Beware, doll, you’re bound to fall”
You thought they were all kiddin’ you
You used to laugh about
Everybody that was hangin’ out
Now you don’t talk so loud
Now you don’t seem so proud
About having to be scrounging for your next meal.

=
How does it feel?
How does it feel
To be without a home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?

=
You’ve gone to the finest school all right, Miss Lonely
But you know you only used to get juiced in it
And nobody has ever taught you how to live on the street
And now you find out you’re gonna have to get used to it
You said you’d never compromise
With the mystery tramp, but now you realize
He’s not selling any alibis
As you stare into the vacuum of his eyes
And ask him do you want to make a deal?

=
How does it feel?
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?

=
You never turned around to see the frowns on the jugglers and the clowns
When they all came down and did tricks for you
You never understood that it ain’t no good
You shouldn’t let other people get your kicks for you
You used to ride on the chrome horse with your diplomat
Who carried on his shoulder a Siamese cat
Ain’t it hard when you discover that
He really wasn’t where it’s at
After he took from you everything he could steal

=
How does it feel?
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?

=
Princess on the steeple and all the pretty people
They’re drinkin’, thinkin’ that they got it made
Exchanging all kinds of precious gifts and things
But you’d better lift your diamond ring
You’d better pawn it babe
You used to be so amused
At Napoleon in rags and the language that he used
Go to him now, he calls you, you can’t refuse
When you got nothing, you got nothing to lose
You’re invisible now, you got no secrets to conceal

=
How does it feel?
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?
Il fut un temps où tu t’habillais super chic
Tu jetais des tunes aux clodos dans la fleur de ton âge, pas vrai ?
Les gens te disaient, « Attention, poupée, tu vas te planter »
Tu pensais qu’ils se moquaient tous de toi
Tu te gaussais
De tous ceux qui traînaient alentour
Maintenant tu la ramènes moins
maintenant t’as pas l’air si fière
d’avoir à  mendier pour ton prochain repas

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
d’être à la rue
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=
Sûr que t’es allée à la meilleure école, Mam’zelle Solitaire
mais comme tu sais tu ne faisais que t’y beurrer
et personne jamais ne t’a appris comment vivre dans la rue
et maintenant tu t’aperçois que tu vas devoir t’y faire
Tu disais que tu ne ferais jamais de compromis
avec le clodo lambda, mais à présent tu te rends compte
qu’il ne fourgue pas des alibis
alors que tu sondes le vide de ses yeux
et lui demande s’il veut passer un marché

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
d’être toute seule
sans savoir comment rentrer
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=
Tu ne t’es jamais détournée pour voir se froncer les sourcils
quand jongleurs et clowns venaient faire des tours rien que pour toi
T’as jamais compris que ça n’avance à rien
Tu ne devrais jamais laisser les autres prendre leur pied à ta place
Tu montais avec lui le cheval chromé de ton diplomate
qui portait sur l’épaule un chat siamois
Ça te fait pas mal quand tu découvres
Qu’il était pas si branché que ça
une fois qu’il t’a pris tout ce qu’il pouvait voler ?

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
D’être toute seule
sans savoir comment rentrer
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=
Princesse au pinacle et tout ce joli monde
Ça picole, ça croit son avenir assuré
échangeant toutes sortes de cadeaux et de trucs précieux
mais tu ferais mieux d’enlever ta bague de diams
Et de la mettre au clou, mon chou
Il t’amusait tellement
ce Napoléon en haillons et le sabir qu’il parlait
Va à lui maintenant, il t’appelle, tu peux pas refuser
Quand on a rien on a rien à perdre
T’es invisible à présent, t’as plus de secrets à dissimuler

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
d’être toute seule
sans savoir comment rentrer
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=

Georges Moustaki – Sarah

Serge Reggiani made the song popular, but it’s le métèque who wrote it. Cela s’écoute sur YouTube.

Sarah – 1989 Sarah 
La femme qui est dans mon lit
N’a plus vingt ans depuis longtemps
Les yeux cernés
Par les années
Par les amours
Au jour le jour
La bouche usée
Par les baisers
Trop souvent mais
Trop mal donnés
Le teint blafard
Malgré le fard
Plus pâle qu’une
Tache de lune

La femme qui est dans mon lit
N’a plus vingt ans depuis longtemps
Les seins trop lourds
De trop d’amours
Ne portent pas
Le nom d’appas
Le corps lassé
Trop caressé
Trop souvent mais
Trop mal aimé
Le dos voûté
Semble porter
Les souvenirs
Qu’elle a dû fuir

La femme qui est dans mon lit
N’a plus vingt ans depuis longtemps
Ne riez pas
N’y touchez pas
Gardez vos larmes
Et vos sarcasmes
Lorsque la nuit
Nous réunit
Son corps, ses mains
S’offrent aux miens
Et c’est son cœur  
Couvert de pleurs
Et de blessures
Qui me rassure

The woman who’s in my bed
is long past her twenties
Her eyes ringed
by the years
by love affairs
from day to day
Her mouth worn down
by kisses
too often yet
too badly given
Her face pallid
despite the make-up
paler than
a dash of moonlight

The woman who’s in my bed
is long past her twenties
Her breasts too heavy
from too many loves
cannot be deemed
appealing
Her tired body
fondled too much
too often yet
too badly loved
Her bent back
seems to carry
memories
she had to shun

The woman who’s in my bed
is long past her twenties
Don’t laugh
don’t touch
Spare her your tears
and sarcasms
When the night
unites us again
her body, her hands
offer themselves to mine
And it is her heart
covered in tears
and wounds
that puts my mind at rest

« Previous PageNext Page »

Create a free website or blog at WordPress.com.