CHANSONGS

01/01/2015

Alain Bashung – Gaby oh Gaby

Filed under: Alain Bashung,French songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , ,

Cela s’écoute sur YouTube en studio ou sur scène.

Gaby oh Gaby – 1981 Gaby oh Gaby
J’fais mon footing au milieu des algues et des coraux
Et j’fais mes pompes sur les restes d’un vieux cargo
J’dis bonjour… Faut bien que je me mouille
C’est ma dernière surprise-party, je m’écrase le nez au hublot
J’ai mon contrat de confiance, l’encéphalo qu’y faut
J’ai du bol, j’en vois un qui rigoleGaby, oh Gaby, tu devrais pas m’laisser la nuit
J’peux pas dormir, j’fais qu’des conneries
Gaby, oh Gaby, tu veux qu’j’te chante la mer
Le long, le long, long des golfes pas très clairs

En r’gardant les résultats d’son check-up
Un requin qui fumait plus a rallumé son clope
Ca fait frémir, faut savoir dire stop
Tu sais, tu sais c’est comme ce type qui voudrait que j’me soigne
Et qu’abandonne son clebs au mois d’août en Espagne
J’sens comme un vide, remets-moi Johnny Kidd

Gaby, oh Gaby, tu devrais pas m’laisser la nuit
J’peux pas dormir, j’fais qu’des conneries
Gaby, oh Gaby, tu veux qu’j’te chante la mer
Le long, le long, long des golfes pas très clairs

Gaby j’t’ai déjà dit qu’t’es bien plus belle que Mauricette
T’es belle comme un pétard qu’attend plus qu’une allumette
J’la fais craquer, au feu les pompiers
Aujourd’hui c’est Vendredi et j’voudrais bien qu’on m’aime
J’sens qu’j’vais encore finir chez Wanda et ses sirènes
Et ses sirènes

Gaby, oh Gaby, tu devrais pas m’laisser la nuit
J’peux pas dormir, j’fais qu’des conneries
Gaby, oh Gaby, tu veux qu’j’te chante la mer
Le long, le long, long des golfes pas très clairs

Alors à quoi ça sert la frite si t’as pas les moules
Ca sert à quoi l’cochonnet si t’as pas les bou-ou-ou-ou-oules

I’m jogging amidst algae and coral
and doing my push-ups on the wreck of an old freighter
I say hello … Must get into it, what
That’s my last party, I flatten my nose against the porthole
I’ve got my trust agreement, the right encephalogram
I’m lucky, I see that one bloke there laughingGaby, oh Gaby, you shouldn’t leave me at night
I can’t sleep, I keep messin’ things up
Gaby, oh Gaby, you want me to sing of the sea
Along, along, along them not so clear gulfs

After a glance at his check-up
A shark that’s quit smoking lights up his fag again
It makes one shudder, one should know where to draw the line
You know, you know, it’s like this guy who says I should get treated
And then ditches his mutt in August in Spain
I feel like in a void. Play me that Johnny Kidd again

Gaby, oh Gaby, you shouldn’t leave me alone at night
I can’t sleep, I keep messin’ things up
Gaby, oh Gaby, you want me to sing of the sea
Along, along, along them not so clear gulfs

Gaby, I’ve already told you you’re much prettier than Mauricette
You’re as pretty as a firecracker waiting for a match
I light it. Fire! Fire! Call 911
Today’s Friday and I’d like someone to love me
I feel I’ll end up by Wanda and her sirens
And her sirens

Gaby, oh Gaby, you shouldn’t leave me at night
I can’t sleep, I keep messin’ things up
Gaby, oh Gaby, you want me to sing of the sea
Along, along, along them not so clear gulfs

So what’s the use of French fries if you haven’t got the mussels?
What use is there for a jack if you haven’t got the ba-a-a-a-alls?

Advertisements

Alain Bashung – Osez, Joséphine

Filed under: Alain Bashung,French songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , ,

Le dernier des Grands de la Chanson française ? En tout cas le seul qui ne chante jamais, mais parle ses chansons ou, au mieux, les psalmodie. Je l’aurai découvert sur le tard : le traducteur en moi est séduit par la complexité de ses textes ; en revanche, l’auditeur en moi ne supporte pas de l’écouter plus d’un quart d’heure. Essayez pour voir.

Celle-ci s’écoute sur YouTube.

Osez, Joséphine  1991
Dare, Josephine
Sonnerie à l’arrière des berlines
on devine
des monarques et leurs figurines
juste une paire de demi-dieux
livrés à eux
ils font des petits
ils font des envieux

à l’arrière des dauphines
je suis le roi des scélérats
à qui sourit la vie

marcher sur l’eau
éviter les péages
jamais souffrir
juste faire hennir
les chevaux du plaisir

osez, osez, Joséphine
osez, osez, Joséphine
plus rien ne s’oppose à la nuit
rien ne justifie

usez vos souliers
usez l’usurier
soyez ma muse
et que ne durent que les moments doux
durent que les moments doux
et que ne durent que les moments doux

osez, osez, Joséphine
osez, osez, Joséphine
plus rien ne s’oppose à la nuit
rien ne justifie

In the back seats of saloons
One can imagine
Monarchs and their figurines
Just a pair of demigods
Left to their own
They have imitators
They make people jealous

In the back seats of Dauphines
I am the king of villains
On whom life is smiling

Walking on water
Avoiding toll booths
Never having to suffer
Just having the horses
Of pleasure whinnying

Dare, dare, do, Josephine
Dare, do dare, Josephine
There’s nothing against the night any longer
Nothing justifies

Wear out your shoes
Wear out the usurer
Be my muse
And may only sweet moments endure
Only sweet moments endure
And may only sweet moments endure

Dare, dare, do, Josephine
Dare, do dare, Josephine
There’s nothing against the night any longer
Nothing justifies

Alain Bashung – La nuit je mens

The boobs-and-fag version is here. And live here. Among others.

La nuit je mens – 1998 At night I lie
On m’a vu dans le Vercors
Sauter à l’élastique
Voleur d’amphores
Au fond des criques
J’ai fait la cour à des murènes
J’ai fait l’amour, j’ai fait le mort
T’étais pas née

À la station balnéaire
Tu t’es pas fait prier
J’étais gant de crin, geyser
Pour un peu je trempais
Histoire d’eau

La nuit je mens
Je prends des trains à travers la plaine
La nuit je mens
Je m’en lave les mains
J’ai dans les bottes des montagnes de questions
Où subsiste encore ton écho
Où subsiste encore ton écho

J’ai fait la saison
Dans cette boîte crânienne
Tes pensées
Je les faisais miennes
T’accaparer, seulement t’accaparer
D’estrade en estrade
J’ai fait danser tant de malentendus
Des kilomètres de vie en rose

Un jour au cirque
Un autre à chercher à te plaire
Dresseur de loulous
Dynamiteur d’aqueducs

La nuit je mens
Je prends des trains à travers la plaine
La nuit je mens
Effrontément
J’ai dans les bottes des montagnes de questions
Où subsiste encore ton écho
Où subsiste encore ton écho

Etc.

I’ve been seen on the Vercors Plateau
Doing bungee jumps
Robbing amphorae
At the bottom of coves
I’ve courted moray eels
I’ve made love, I’ve played dead
You weren’t born yetAt the seaside resort
You didn’t have to be asked twice
I was massage glove, geyser
A tad more and I soaked
Story of H20

At night I lie
I take trains to cross the plain
At night I lie
I’m washing my hands of it
In my boots are mountains of questions
Where an echo of you still remains
Where an echo of you still remains

I spent the season
Within this cranium
Your thoughts
I made my own
Hoarding you, only hoarding you
From platform to platform
I made so many misunderstandings dance
Miles and miles of vie en rose

One day at the circus
Another trying to please you
Spitz trainer
Aqueduct dynamiter

At night I lie
I catch trains across the plain
At night I lie
Shamelessly
In my boots are mountains of questions
Where an echo of you still remains
Where an echo of you still remains

Etc.

Create a free website or blog at WordPress.com.