CHANSONGS

11/12/2016

Bob Dylan – A Hard Rain’s A-Gonna Fall

This is the song handpicked half a century later for the entertainment of the Nobel Prize glitterati out of absent Bob Dylan’s Father Christmas’s sack.
I’ve felt like translating it today to prove to myself that it doesn’t make any more sense in French than it does in English. I guess Patti Smith must have felt the same, blundering as she did not once but twice over the convoluted words – watch the performance here if you must. This lack of professionalism earned her a standing ovation – well, why not, since the lyricist himself was being anointed as a master writer?
=

A Hard Rain’s A-Gonna Fall (1963)
=A Hard Rain’s A-Gonna Fall (1963)
Une forte pluie va tomber
=
Oh, where have you been, my blue-eyed son?
Oh, where have you been, my darling young one?
I’ve stumbled on the side of twelve misty mountains
I’ve walked and I’ve crawled on six crooked highways
I’ve stepped in the middle of seven sad forests
I’ve been out in front of a dozen dead oceans
I’ve been ten thousand miles in the mouth of a graveyard
And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, and it’s a hard
And it’s a hard rain’s a-gonna fall
=
Oh, what did you see, my blue-eyed son?
Oh, what did you see, my darling young one?
I saw a newborn baby with wild wolves all around it
I saw a highway of diamonds with nobody on it
I saw a black branch with blood that kept drippin’
I saw a room full of men with their hammers a-bleedin’
I saw a white ladder all covered with water
I saw ten thousand talkers whose tongues were all broken
I saw guns and sharp swords in the hands of young children
And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
And it’s a hard rain’s a-gonna fall
=
And what did you hear, my blue-eyed son?
And what did you hear, my darling young one?
I heard the sound of a thunder, it roared out a warnin’
Heard the roar of a wave that could drown the whole world
Heard one hundred drummers whose hands were a-blazin’
Heard ten thousand whisperin’ and nobody listenin’
Heard one person starve, I heard many people laughin’
Heard the song of a poet who died in the gutter
Heard the sound of a clown who cried in the alley
And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
And it’s a hard rain’s a-gonna fall
=
Oh, who did you meet, my blue-eyed son?
Who did you meet, my darling young one?
I met a young child beside a dead pony
I met a white man who walked a black dog
I met a young woman whose body was burning
I met a young girl, she gave me a rainbow
I met one man who was wounded in love
I met another man who was wounded with hatred
And it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
It’s a hard rain’s a-gonna fall
=
Oh, what’ll you do now, my blue-eyed son?
Oh, what’ll you do now, my darling young one?
I’m a-goin’ back out ’fore the rain starts a-fallin’
I’ll walk to the depths of the deepest black forest
Where the people are many and their hands are all empty
Where the pellets of poison are flooding their waters
Where the home in the valley meets the damp dirty prison
Where the executioner’s face is always well hidden
Where hunger is ugly, where souls are forgotten
Where black is the color, where none is the number
And I’ll tell it and think it and speak it and breathe it
And reflect it from the mountain so all souls can see it
Then I’ll stand on the ocean until I start sinkin’
But I’ll know my song well before I start singin’
And it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
It’s a hard rain’s a-gonna fall
=
Oh, où es-tu allé, mon fils aux yeux bleus ?
Oh, où es-tu allé, mon petit chéri ?
J’ai trébuché sur les flancs de douze montagnes brumeuses
J’ai marché et j’ai rampé sur six autoroutes tortueuses
J’ai pénétré au cœur de sept forêts tristes
Je suis sorti à la rencontre d’une douzaine d’océans morts
J’ai fait dix mille miles dans la bouche d’un cimetière
Et c’est une forte, et c’est une forte, c’est une forte, et c’est une forte | C’est une forte pluie qui va tomber
=
Oh, qu’as-tu vu, mon fils aux yeux bleus ?
Oh, qu’as-tu vu, mon petit chéri ?
J’ai vu un nouveau-né avec des loups sauvages tout autour
J’ai vu une autoroute de diamants sans personne dessus
J’ai vu une branche noire dégouttant du sang
J’ai vu une salle pleine d’hommes et leurs marteaux saignaient
J’ai vu une échelle blanche entièrement sous l’eau
J’ai vu dix mille bavards, tous la langue brisée
J’ai vu des fusils et des épées tranchantes dans les mains de gamins | Et c’est une forte, et c’est une forte, c’est une forte, et c’est une forte | C’est une forte pluie qui va tomber
=
Et qu’as-tu entendu, mon fils aux yeux bleus ?
Et qu’as-tu entendu, mon petit chéri ?
J’ai entendu le bruit du tonnerre, il a hurlé un avertissement
Entendu le rugissement d’une vague qui pourrait noyer la terre entière | Entendu cent joueurs de tambour dont les mains étaient en flammes | Entendu dix mille chuchoter et pas un n’écoutait
Entendu une personne mourant de faim, entendu beaucoup de gens rire | Entendu la chanson d’un poète mort dans le caniveau
Entendu le bruit que faisait un clown qui pleurait dans l’allée
Et c’est une forte, et c’est une forte, c’est une forte, et c’est une forte | C’est une forte pluie qui va tomber
=
Qui as-tu rencontré, mon fils aux yeux bleus
Qui as-tu rencontré, mon petit chéri ?
J’ai rencontré un petit enfant auprès d’un poney mort
J’ai rencontré un homme blanc qui promenait un chien noir
J’ai rencontré une jeune femme dont le corps brûlait
J’ai rencontré une jeune fille, elle m’a donné un arc-en-ciel
J’ai rencontré un homme blessé par l’amour
J’ai rencontré un autre homme blessé par la haine
Et c’est une forte, et c’est une forte, c’est une forte, et c’est une forte | C’est une forte pluie qui va tomber
=
Oh, que vas-tu faire maintenant, mon fils aux yeux bleus ?
Oh, que vas-tu faire à présent, mon petit chéri ?
Je retourne dehors avant que la pluie ne se mette à tomber
Je vais marcher jusqu’au fin fond de la forêt noire la plus dense
Où les gens sont nombreux et et ont les mains vides
Où les boulettes de poison saturent leurs eaux
Où la maison dans la vallée rencontre la prison sale et humide
Où la face du bourreau est toujours soigneusement voilée
Où la faim est hideuse, où les âmes sont oubliées
Où noir est la couleur, où zéro est le nombre
Et je le dirai et le penserai et l’exprimerai et le respirerai
Et le réfléchirai depuis la montagne afin que toutes les âmes le voient | Puis je me mettrai debout sur l’océan jusqu’à ce que je commence à couler | Mais je connaîtrai ma chanson bien avant de me mettre à chanter | Et c’est une forte, et c’est une forte, c’est une forte, et c’est une forte | C’est une forte pluie qui va tomber
=
Advertisements

01/01/2015

Bob Dylan – Just like a woman

Filed under: Bob Dylan,English songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , ,

The version I prefer is here.
=

Just like a woman – 1966
=
Tout à fait comme une femme
=
Nobody feels any pain
Tonight as I stand inside the rain
Everybody knows that Baby’s got new clothes
But lately I see her ribbons and her bows
Have fallen from her curls
=
She takes just like a woman, yes she does
She makes love like a woman, yes she does
And then she aches just like a woman
But she breaks just like a little girl
=
Queen Mary, she’s my friend
Yes I believe I’ll go see her again
Nobody has to guess that Baby can’t be blessed
Till she sees finally that she’s like all the rest
With her fog, her amphetamine and her pearls
=
She takes just like a woman, yes she does
She makes love like a woman, yes she does
And then she aches just like a woman
But she breaks just like a little girl
=
It was raining from the first
And I was dying there of thirst
So I came in here and your long-time curse hurts
But what’s worse is this pain in here
I can’t stay in here. Ain’t it clear that I just don’t fit?
=
Yes, I believe it’s time for us to quit
But when we meet again, introduced as friends
Please don’t let on that you knew me when
I was hungry and it was your world
=
Ah, you take just like a woman, yes you do
You make love like a woman, yes you do
And then you ache just like a woman
But you break just like a little girl
=
Personne ne ressent la moindre douleur
Ce soir alors que je suis debout sous la pluie
Tout le monde sait que Bibiche a des vêtements neufs
Mais ces derniers temps je vois que les rubans noués
À ses boucles de cheveux sont tombés
=
Elle accapare tout à fait comme une femme, oh ça oui
Elle fait l’amour comme une femme, oh ça oui
Et puis elle souffre tout à fait comme une femme
Mais elle craque tout à fait comme une gamine
=
La reine Mary, c’est mon amie
Oui, je crois que je vais retourner la voir
Personne ne doit deviner que Bibiche ne peut être comblée
Tant qu’elle n’aura pas compris qu’elle est comme toutes les autres
Avec son brouillard, ses amphétamines et ses perles
=
Elle se sert tout à fait comme une femme
Elle fait l’amour comme une femme
Et puis elle souffre tout à fait comme une femme
Mais elle craque tout à fait comme une gamine
=
Il pleuvait depuis le début et je mourais de soif là dehors
Alors je suis entré et tes crampes récurrentes font mal
Mais le pire c’est la douleur ici dedans
Je ne peux pas rester ici. N’est-il pas évident
que ce n’est tout simplement pas ma place ?
=
Oui, je crois qu’il est temps qu’on se sépare
Quand on se rencontrera à nouveau, amis pour la galerie
Je t’en prie, ne dis pas que tu m’as connu quand
J’avais faim et que le monde était à toi
=
Ah, tu te sers tout à fait comme une femme, oh oui alors
Tu fais l’amour comme une femme, oh oui vraiment
Et puis tu souffres tout à fait comme une femme
Mais tu fonds en larmes tout à fait comme une gosse
=

Bob Dylan – Blowin’ in the wind

Filed under: Bob Dylan,English songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , ,

Almost prehistory: listen to it here.

Blowin’ in the wind – 1962
=
Dans le souffle du vent
=
How many roads must a man walk down
Before you call him a man?
Yes, ’n’ how many seas must a white dove sail
Before she sleeps in the sand?
Yes, ’n’ how many times must the cannon balls fly
Before they’re forever banned?
The answer, my friend, is blowin’ in the wind
The answer is blowin’ in the wind
=
How many times must a man look up
Before he can see the sky?
Yes, ’n’ how many ears must one man have
Before he can hear people cry?
Yes, ’n’ how many deaths will it take till he knows
That too many people have died?
The answer, my friend, is blowin’ in the wind
The answer is blowin’ in the wind
=
How many years can a mountain exist
Before it’s washed to the sea?
Yes, ’n’ how many years can some people exist
Before they’re allowed to be free?
Yes, ’n’ how many times can a man turn his head,
Pretending he just doesn’t see?
The answer, my friend, is blowin’ in the wind
The answer is blowin’ in the wind
=
Combien de routes doit un homme parcourir
avant qu’on l’appelle un homme ?
Oui, et combien de mers doit une blanche colombe franchir avant de dormir dans le sable ?
Oui, et combien de fois doivent tonner les canons
avant d’être interdits à jamais ?
La réponse, mon ami, est dans le souffle du vent ;
la réponse est dans le souffle du vent.
=
Combien de fois doit un homme lever la tête
avant de voir le ciel ?
Oui, et combien d’oreilles doit un homme avoir
avant qu’il entende les cris humains ?
Oui, et combien de morts faudra-t-il
avant qu’il sache que trop de gens sont morts ?
La réponse, mon ami, est dans le souffle du vent
la réponse est dans le souffle du vent
=
Combien d’années peut une montagne exister
avant d’être engloutie par la mer ?
Oui et combien d’années peuvent certains vivre
avant qu’il leur soit permis d’être libres ?
Oui, et combien de fois doit un homme détourner la tête pour faire semblant de n’avoir rien vu ?
La réponse, mon ami, est dans le souffle du vent
La réponse est dans le souffle du vent
=

Bob Dylan – Rainy day women No. 12 & 35

Filed under: Bob Dylan,English songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , , ,

Cela s’écoute sur YouTube, Bob Dylan en concert au Texas vingt ans après.
=

Rainy day women No. 12 & 35 – 1966
=
Femmes des jours de pluie Numéros 12 et 35
=
Well, they’ll stone you when you’re trying to be so good
They’ll stone you just like they said they would
They’ll stone you when you’re trying to go home
Then they’ll stone you when you’re there all alone
But I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
Well, they’ll stone you when you’re walking on the street
They’ll stone you when you’re trying to keep your seat
They’ll stone you when you’re walking on the floor
They’ll stone you when you’re walking through the door
But I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
They’ll stone you when you’re at the breakfast table
They’ll stone you when you are young and able
They’ll stone you when you’re trying to make a buck
They’ll stone you and then they’ll say, ‘Good luck’
Tell you what, I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
Well, they’ll stone you and say that it’s the end
Then they’ll stone you and then they’ll come back again
They’ll stone you when you’re riding in your car
They’ll stone you when you’re playing your guitar
Yes, but I would not feel so all alone
Everybody must get stoned
=
Well, they’ll stone you when you are all alone
They’ll stone you when you are walking home
They’ll stone you and then say they are brave
They’ll stone you when you’re set down in your grave
But I would not feel so alone
Everybody must get stoned
=
Tu sais, elles te défonceront alors que t’essaies d’être parfait
Elles te défonceront comme elles disaient qu’elles le feraient
Elles te défonceront quand t’essaies de rentrer chez toi
Et puis elles te défonceront quand tu y es tout seul
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Tu sais, elles te défonceront alors que tu marches dans la rue
Elles te défonceront alors que t’essaies de garder ta place
Elles te défonceront quand tu marches dans la maison
Et puis elles te défonceront quand tu passes la porte
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Elles te défonceront pendant que tu prends le petit-déjeuner
Elles te défonceront alors que t’es jeune et capable
Elles te défonceront alors que t’essaies de te faire des ronds
Elles te défonceront et puis elles te diront Bonne chance
Laisse-moi te dire, moi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Tu sais, elles te défonceront et diront que c’est fini
Puis elles te défonceront et après elles reviendront
Elles te défonceront alors que tu es au volant
Elles te défonceront alors que tu joues de la guitare
Ouais, mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=
Tu sais, elles te défonceront même quand t’es tout seul
Elles te défonceront alors que tu rentres chez toi
Elles te défonceront et après elles diront qu’elles sont courageuses
Elles te défonceront quand on te mettra dans la tombe
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer
=

Bob Dylan – Like a rolling stone

Filed under: Bob Dylan,English songs — chansongs @ 12:00 pm
Tags: , , , , ,

Cela s’écoute sur YouTube dans une version sur scène en 1966.
=

Like a rolling stone – 1965
=
Comme pierre qui roule
=
Once upon a time you dressed so fine
You threw the bums a dime in your prime, didn’t you?
People’d call, say, “Beware, doll, you’re bound to fall”
You thought they were all kiddin’ you
You used to laugh about
Everybody that was hangin’ out
Now you don’t talk so loud
Now you don’t seem so proud
About having to be scrounging for your next meal.

=
How does it feel?
How does it feel
To be without a home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?

=
You’ve gone to the finest school all right, Miss Lonely
But you know you only used to get juiced in it
And nobody has ever taught you how to live on the street
And now you find out you’re gonna have to get used to it
You said you’d never compromise
With the mystery tramp, but now you realize
He’s not selling any alibis
As you stare into the vacuum of his eyes
And ask him do you want to make a deal?

=
How does it feel?
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?

=
You never turned around to see the frowns on the jugglers and the clowns
When they all came down and did tricks for you
You never understood that it ain’t no good
You shouldn’t let other people get your kicks for you
You used to ride on the chrome horse with your diplomat
Who carried on his shoulder a Siamese cat
Ain’t it hard when you discover that
He really wasn’t where it’s at
After he took from you everything he could steal

=
How does it feel?
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?

=
Princess on the steeple and all the pretty people
They’re drinkin’, thinkin’ that they got it made
Exchanging all kinds of precious gifts and things
But you’d better lift your diamond ring
You’d better pawn it babe
You used to be so amused
At Napoleon in rags and the language that he used
Go to him now, he calls you, you can’t refuse
When you got nothing, you got nothing to lose
You’re invisible now, you got no secrets to conceal

=
How does it feel?
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?
Il fut un temps où tu t’habillais super chic
Tu jetais des tunes aux clodos dans la fleur de ton âge, pas vrai ?
Les gens te disaient, « Attention, poupée, tu vas te planter »
Tu pensais qu’ils se moquaient tous de toi
Tu te gaussais
De tous ceux qui traînaient alentour
Maintenant tu la ramènes moins
maintenant t’as pas l’air si fière
d’avoir à  mendier pour ton prochain repas

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
d’être à la rue
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=
Sûr que t’es allée à la meilleure école, Mam’zelle Solitaire
mais comme tu sais tu ne faisais que t’y beurrer
et personne jamais ne t’a appris comment vivre dans la rue
et maintenant tu t’aperçois que tu vas devoir t’y faire
Tu disais que tu ne ferais jamais de compromis
avec le clodo lambda, mais à présent tu te rends compte
qu’il ne fourgue pas des alibis
alors que tu sondes le vide de ses yeux
et lui demande s’il veut passer un marché

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
d’être toute seule
sans savoir comment rentrer
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=
Tu ne t’es jamais détournée pour voir se froncer les sourcils
quand jongleurs et clowns venaient faire des tours rien que pour toi
T’as jamais compris que ça n’avance à rien
Tu ne devrais jamais laisser les autres prendre leur pied à ta place
Tu montais avec lui le cheval chromé de ton diplomate
qui portait sur l’épaule un chat siamois
Ça te fait pas mal quand tu découvres
Qu’il était pas si branché que ça
une fois qu’il t’a pris tout ce qu’il pouvait voler ?

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
D’être toute seule
sans savoir comment rentrer
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=
Princesse au pinacle et tout ce joli monde
Ça picole, ça croit son avenir assuré
échangeant toutes sortes de cadeaux et de trucs précieux
mais tu ferais mieux d’enlever ta bague de diams
Et de la mettre au clou, mon chou
Il t’amusait tellement
ce Napoléon en haillons et le sabir qu’il parlait
Va à lui maintenant, il t’appelle, tu peux pas refuser
Quand on a rien on a rien à perdre
T’es invisible à présent, t’as plus de secrets à dissimuler

=
Quel effet ça fait ?
Quel effet ça fait
d’être toute seule
sans savoir comment rentrer
comme une parfaite inconnue
comme une pierre qui roule ?

=

Blog at WordPress.com.