CHANSONGS

01/01/2015

Georges Moustaki – Ma liberté

Cela s’écoute sur YouTube ici ou .

Ma liberté – 1994 My liberty
Ma liberté
Longtemps je t’ai gardée
Comme une perle rare
Ma liberté
C’est toi qui m’as aidé
À larguer les amarres
Pour aller n’importe où
Pour aller jusqu’au bout
Des chemins de fortune
Pour cueillir en rêvant
Une rose des vents
Sur un rayon de lune
=
Ma liberté
Devant tes volontés
Mon âme était soumise
Ma liberté
Je t’avais tout donné
Ma dernière chemise
Et combien j’ai souffert
Pour pouvoir satisfaire
Toutes tes exigences
J’ai changé de pays
J’ai perdu mes amis
Pour gagner ta confiance
=
Ma liberté
Tu as su désarmer
Toutes mes habitudes
Ma liberté
Toi qui m’as fait aimer
Même la solitude
Toi qui m’as fait sourire
Quand je voyais finir
Une belle aventure
Toi qui m’as protégé
Quand j’allais me cacher
Pour soigner mes blessures
=
Ma liberté
Pourtant je t’ai quittée
Une nuit de décembre
J’ai déserté
Les chemins écartés
Que nous suivions ensemble
Lorsque sans me méfier
Les pieds et poings liés
Je me suis laissé faire
Et je t’ai trahie pour
Une prison d’amour
Et sa belle geôlière
My liberty
I long looked after you
As I would a rare pearl
My liberty
It is you who helped me
To set off
And go anywhere
And go all the way
Along haphazard paths
To dream and pick
A compass rose
Off a ray of moonlight
=
My liberty
To your wishes
My soul submitted
My liberty
I gave you everything
Up to my last shirt
And how much I suffered
To be able to satisfy
Your slightest demands
I swapped countries
I lost my friends
To win your trust
=
My liberty
You managed to disarm
All of my habits
My liberty
You who made me like
Even solitude
You who made me smile
When I saw a beautiful affair
Come to an end
You who protected me
When I went into hiding
To treat my wounds
=
My liberty
I left you though
On a night in December
I walked away from
The paths out of the way
We used to walk together
When quite trustingly
bound hand and foot
I let myself go
And I betrayed you for
A prison of love
And its pretty jailer
Advertisements

Georges Moustaki – Sarah

Serge Reggiani made the song popular, but it’s le métèque who wrote it. Cela s’écoute sur YouTube.

Sarah – 1989 Sarah 
La femme qui est dans mon lit
N’a plus vingt ans depuis longtemps
Les yeux cernés
Par les années
Par les amours
Au jour le jour
La bouche usée
Par les baisers
Trop souvent mais
Trop mal donnés
Le teint blafard
Malgré le fard
Plus pâle qu’une
Tache de lune

La femme qui est dans mon lit
N’a plus vingt ans depuis longtemps
Les seins trop lourds
De trop d’amours
Ne portent pas
Le nom d’appas
Le corps lassé
Trop caressé
Trop souvent mais
Trop mal aimé
Le dos voûté
Semble porter
Les souvenirs
Qu’elle a dû fuir

La femme qui est dans mon lit
N’a plus vingt ans depuis longtemps
Ne riez pas
N’y touchez pas
Gardez vos larmes
Et vos sarcasmes
Lorsque la nuit
Nous réunit
Son corps, ses mains
S’offrent aux miens
Et c’est son cœur  
Couvert de pleurs
Et de blessures
Qui me rassure

The woman who’s in my bed
is long past her twenties
Her eyes ringed
by the years
by love affairs
from day to day
Her mouth worn down
by kisses
too often yet
too badly given
Her face pallid
despite the make-up
paler than
a dash of moonlight

The woman who’s in my bed
is long past her twenties
Her breasts too heavy
from too many loves
cannot be deemed
appealing
Her tired body
fondled too much
too often yet
too badly loved
Her bent back
seems to carry
memories
she had to shun

The woman who’s in my bed
is long past her twenties
Don’t laugh
don’t touch
Spare her your tears
and sarcasms
When the night
unites us again
her body, her hands
offer themselves to mine
And it is her heart
covered in tears
and wounds
that puts my mind at rest

Georges Moustaki – Il est trop tard

Cela s’écoute sur YouTube.

Il est trop tard – 1969
=
It is too late
Pendant que je dormais
Pendant que je rêvais
Les aiguilles ont tourné
Il est trop tard
Mon enfance est si loin
Il est déjà demain
Passe, passe le temps
Il n’y en a plus pour très longtemps

Pendant que je t’aimais
Pendant que je t’avais
L’amour s’en est allé
Il est trop tard
Tu étais si jolie
Je suis seul dans mon lit
Passe, passe le temps
Il n’y en a plus pour très longtemps

Pendant que je chantais
Ma chère liberté
D’autres l’ont enchaînée
Il est trop tard
Certains se sont battus
Moi je n’ai jamais su
Passe, passe le temps
Il n’y en a plus pour très longtemps

Pourtant je vis toujours
Pourtant je fais l’amour
M’arrive même de chanter
Sur ma guitare
Pour l’enfant que j’étais
Pour l’enfant que j’ai fait
Passe, passe le temps
Il n’y en a plus pour très longtemps

Pendant que je chantais
Pendant que je t’aimais
Pendant que je rêvais
Il était encore temps

While I was sleeping
While I was dreaming
The clock hands have been moving
It is too late
My childhood is so far away
It’s already tomorrow
Time flies and flies
It won’t take much longer

While I was loving you
While I was having you
Love just went away
It is too late
You were so pretty
I’m alone in my bed
Time flies and flies
It won’t take much longer

While I was singing
My dear freedom
Others were shackling it
It is too late
Some have fought
Me I never knew how
Time flies and flies
It won’t take much longer

And yet I’m still alive
And yet I still make love
Sometimes I even sing
With my guitar
For the child I was
For the child I sired
Time flies and flies
It won’t take much longer

While I was singing
While I was loving you
While I was dreaming
There still was time

Georges Moustaki – Dir’ qu’il faudra mourir un jour

Not Moustaki’s best-known song perhaps, but one so refreshingly irreverent. Listen to it on YouTube.
With a bonus: (not-altogether-correct) Spanish subtitles.

Dir’ qu’il faudra mourir un jour – 2009 Just to think we must die someday
Dir’ qu’il faudra mourir un jour
Quitter sa vie et ses amours
Dire qu’il faudra laisser tout ça
Pour Dieu sait quel au-delàRefrain
Dir’ qu’il faudra mourir un jour (2x)
C’est dur à penser, il faut bien le dire
=
Dir’ qu’il faudra rester tout seul
Dans la tristesse d’un linceul
Sans une fille pour la nuit
Sans une goutte de whisky
=
Refrain
=
Dir’ qu’il faudra, bon gré mal gré
Finir dans d’éternels regrets
Moi qui voudrais plus d’une vie
Pour passer toutes mes envies
=
Refrain
=
Dir’ qu’il faudra mourir d’ennui
En enfer ou en paradis
Passer toute une éternité
Sans jamais pouvoir s’évader
=
Refrain
=
Dir’ qu’il faudra mourir encor
Moi qui suis souvent déjà mort
Oui mort d’amour et de plaisir
De quoi pourrais-je mieux mourir ?
=
Dir’ qu’il faudra mourir un jour
C’est dur à penser, mon amour
Just to think we must die someday
Leave our life and our loves
Just to think we’ll have to leave all that
For God knows what hereafterChorus
Just to think we must die someday (2)
Is hard to conceive, I must say

=
Just to think we must stay alone
In the sadness of a shroud
Without a girl for the night
Without a drop of scotch
=
Chorus
=
Just to think we must willy-nilly
End up in eternal regrets
I who wish for more than one life
To fulfil all of my cravings
=
Chorus
=
Just to think we’ll have to die of boredom
In hell or in paradise
Spend an entire eternity
Without any way of escaping
=
Chorus
=
Just to think I must die again
I who often am already dead
Yes, dead from love and from pleasure
What else could I die of that’s better?
=
Just to think we must die someday
Is hard to conceive, my love
=

Georges Moustaki – Ma solitude

Cela s’écoute sur YouTube.

Ma solitude – 1969 My loneliness
Pour avoir si souvent dormi
Avec ma solitude
Je m’en suis faite presque une amie
Une douce habitude
=
Elle ne me quitte pas d’un pas
Fidèle comme une ombre
Elle m’a suivi çà et là
Aux quatre coins du monde
=
Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude
=
Quand elle est au creux de mon lit
Elle prend toute la place
Et nous passons de longues nuits
Tous les deux face à face
=
Je ne sais vraiment pas jusqu’où
Ira cette complice
Faudra-t-il que j’y prenne goût
Ou que je réagisse ?
=
Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude
=
Par elle, j’ai autant appris
Que j’ai versé de larmes
Si parfois je la répudie
Jamais elle ne désarme
=
Et si je préférais l’amour
D’une autre courtisane
Elle sera à mon dernier jour
Ma dernière compagne
=
Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude
=
Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude
Having slept so often
With my loneliness
It has almost become a friend
A cozy arrangement
=
It is dogging my steps
As faithful as a shadow
It has followed me here and there
To the four corners of the world
=
No I never am alone
with my loneliness
=
When it is sharing my bed
It takes the entire space
And we spend long nights
Together face to face
=
I really don’t know how far
This partner in crime will go
Will I ever get to like it
Or will I have to react?
=
No I never am alone
with my loneliness
=
Because of it I’ve learned as much
As I’ve shed tears
If sometimes I renege on it
It never gives up
=
And should I prefer the love
of some other courtesan
It still on my last day
Will be my last companion
=
No I never am alone
with my loneliness
=
No I never am alone
with my loneliness

Blog at WordPress.com.