CHANSONGS

29/04/2015

Leonard Cohen – Famous blue raincoat

Cela s’écoute sur YouTube.
=

Famous blue raincoat – 1970
=
Le fameux imper bleu
=
It’s four in the morning, the end of December
I’m writing you now just to see if you’re better
New York is cold but I like where I’m living
There’s music on Clinton Street all through the evening
I hear that you’re building your little house deep in the desert
You’re living for nothing now 
I hope you’re keeping some kind of a record
=
Yes and Jane came by with a lock of your hair
She said that you gave it to her
That night that you planned to go clear
Did you ever go clear?
=
The last time we saw you, you looked so much older
Your famous blue raincoat was torn at the shoulder
You’d been to the station to meet every train
You came home alone without Lili Marlene
And you treated my woman to a flake of your life
And when she came back she was nobody’s wife
=
Well, I see you there with a rose in your teeth
One more thin gypsy thief
Well, I see Jane’s awake
She sends her regards
=
And what can I tell you my brother, my killer
What can I possibly say
I guess that I miss you, I guess I forgive you
I’m glad you stood in my way
If you ever come by here for Jane or for me
Well, your enemy is sleeping and your woman is free
Yes, and thanks for the trouble you took from her eyes
I thought it was there for good so I never tried
=
And Jane came by with a lock of your hair
She said that you gave it to her
That night that you planned to go clear
=
Sincerely, L. Cohen
=
Il est quatre heures du mat’, fin décembre
Je t’écris juste pour savoir si tu vas mieux
Il fait froid à New York mais j’aime là où je vis
Il y a de la musique toute la soirée dans Clinton Street
On me dit que tu te construis une p’tite maison en plein désert
Ta vie n’a plus de sens
J’espère que tu prends au moins des notes

=
Oui, et Jane est revenue avec une boucle de tes cheveux
Elle a dit que tu la lui avais donnée
la nuit où t’avais prévu de passer au Clair
As-tu réussi à te mettre au Clair ?*

=
La dernière fois qu’on t’a vu, t’avais l’air bien plus vieux
Ton fameux imper bleu avait un accroc à l’épaule
T’étais allé à la gare attendre chaque train
Mais t’es rentré sans Lili Marlène
Et t’as donné à ma femme un aperçu de ta vie
Mais quand elle est revenue, elle n’était plus la femme de personne

=
Eh bien, je te revois, une rose entre les dents
Un gitan voleur et maigre de plus
Ah, je vois que Jane est réveillée
Elle t’envoie ses amitiés

=
Et que puis-je te dire, mon frère, mon meurtrier ?
Vraiment, qu’est-ce que je peux bien te dire?
Je crois que tu me manques. Je crois que je te pardonne
Je suis content que tu m’aies entravé
Si jamais tu reviens par ici pour Jane ou pour moi
eh bien, ton ennemi dort et ta femme est libre

Oui, et merci pour la peine que t’as ôtée de ses yeux
Je croyais qu’elle y était pour toujours, alors je n’ai jamais essayé

=
Et Jane est venue avec une mèche de tes cheveux
Elle a dit que tu la lui avais donnée
la nuit où t’avais prévu de te mettre au Clair

=
Sincèrement, L. Cohen
=
* Expression de scientologie, pour qui l’état Clair est la condition d’une personne qui n’est plus soumise à des influences non souhaitées provenant de souvenirs ou d’émotions traumatiques passés.
Advertisements

01/01/2015

The Rolling Stones – Angie

Cela s’écoute sur YouTube.

Angie – 1973
=
Angie
=
Oh, Angie, oh, Angie, when will those dark clouds disappear
=
Angie, Angie, where will it lead us from here
With no loving in our souls
And no money in our coats
You can’t say we’re satisfied
But Angie, Angie, you can’t say we never tried
=
Angie, you’re beautiful,
But ain’t it time we said goodbye
Angie, I still love you,
Remember all those nights we cried
=
All the dreams we held so close
Seemed to all go up in smoke
Let me whisper in your ear
Angie, Angie, where will it lead us from here
Oh, Angie, don’t you weep
All your kisses still taste sweet
I hate that sadness in your eyes
But Angie, Angie, ain’t it time we said goodbye
=
With no loving in our souls
And no money in our coats
You can’t say we’re satisfied
But Angie, I still love you, baby
Everywhere I look I see your eyes
There ain’t a woman that comes close to you
Come on, baby, dry your eyes
=
But Angie, Angie, ain’t it good to be alive
Angie, Angie, they can’t say we never tried
=
Oh, Angie, oh, Angie, quand est-ce que ces nuages sombres disparaîtront
Angie, Angie, où cela va-t-il nous mener
Sans amour dans nos âmes
Ni d’argent dans nos poches
Tu peux pas dire qu’on est satisfaits
Mais, Angie, Angie, tu peux pas dire qu’on n’a jamais essayé
=
Angie, tu es belle
Mais n’est-il pas temps de nous dire adieu
Angie, je t’aime toujours
Souviens-toi de toutes ces nuits où nous avons pleuré
=
Tous les rêves auxquels on tenait
Semblaient tous partir en fumée
Laisse-moi te chuchoter à l’oreille
Angie, Angie, où cela va-t-il nous mener
Oh, Angie, faut pas pleurer
Tes baisers sont toujours aussi doux
Je hais cette tristesse dans tes yeux
Mais, Angie, Angie, n’est-il pas temps de nous dire adieu
=
Sans amour dans nos âmes
Ni de fric dans nos poches
Tu peux pas dire qu’on est satisfaits
Mais, Angie, je t’aime toujours, bébé
Partout où je regarde je vois tes yeux
Pas une femme ne t’arrive à la cheville
Allons, bébé, sèche tes larmes
=
Mais, Angie, Angie, n’est-ce pas merveilleux d’être en vie
Angie, Angie, personne peut dire qu’on n’a pas essayé
=

The Rolling Stones – Paint it black

Cela s’écoute sur YouTube.

Paint it black – 1966
=
Peins-la en noir
=
I see a red door and I want it painted black
No colours anymore I want them to turn black
I see the girls walk by dressed in their summer clothes
I have to turn my head until my darkness goes
=
I see a line of cars and they’re all painted black
With flowers and my love both never to come back
I see people turn their heads and quickly look away
Like a new born baby it just happens ev’ry day
=
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and it has been painted black
Maybe then I’ll fade away and not have to face the facts
It’s not easy facin’ up when your whole world is black
=
No more will my green sea go turn a deeper blue
I could not foresee this thing happening to you
If I look hard enough into the settin’ sun
My love will laugh with me before the mornin’ comes
=
I see a red door and I want it painted black
No colours anymore I want them to turn black
I see the girls walk by dressed in their summer clothes
I have to turn my head until my darkness goes
=
Hm, hm, hm…
=
I wanna see it painted, painted black
Black as night, black as coal
I wanna see the sun blotted out from the sky
I wanna see it painted, painted, painted, painted black
=
Yeah!
=
Je vois une porte rouge et je veux qu’elle soit peinte en noir
Plus aucune couleur, je veux qu’elles deviennent toutes noires
Je vois les filles se promener dans leurs habits d’été
Je dois détourner la tête jusqu’à ce que mes ténèbres s’en aillent
=
Je vois une file de voitures et elles sont toutes peintes en noir
Avec des fleurs et mon amour qui jamais ne reviendront
Je vois les gens tourner la tête et regarder vite ailleurs
Comme un nouveau-né, et ça arrive tous les jours
=
Je regarde en moi-même et vois que mon cœur est noir
Je vois ma porte rouge et elle a été peinte en noir
Peut-être alors que je disparaîtrai et n’aurai pas à faire face aux faits
C’est pas facile de faire face quand tout son monde est noir
=
Plus jamais ma mer verte ne se changera en un bleu plus foncé
Je ne pouvais pas prévoir que ce truc-là t’arriverait
Si je scrute assez fort le soleil couchant
Mon amour rira avec moi avant le lever du jour
=
Je vois une porte rouge et je veux qu’elle soit peinte en noir
Plus aucune couleur, je veux qu’elles deviennent toutes noires
Je vois les filles se promener dans leurs habits d’été
Je dois détourner la tête jusqu’à ce que mes ténèbres s’en aillent
=
Mm, mm, mm…
=
Je veux la voir peinte, peinte en noir
Noir comme la nuit, noir comme du charbon
Je veux voir la tache du soleil effacée du ciel
Je veux la voir peinte, peinte, peinte, peinte en noir
=
Ouais !
=

Blog at WordPress.com.